Articolo III: Conoscenza Assicurativa: Italiani Promossi o Bocciati?

In document UNIVERSITA’ DEGLI STUDI DI PARMA (Page 49-67)

Il nous semble encore que des travaux interdisciplinaires intéressants ne peuvent exister sans modification des fonctionnements scolaires problématiques et sans mettre en place, par voie de conséquence, des « configurations disciplinaires » plus intéressantes à faire vivre, notamment pour les élèves de milieu socio-culturel défavorisé. De ce point de vue, l’articulation avec les entrées pédagogiques et les effets de leur mise en œuvre ne peuvent qu’interroger les didacticiens : il en est ainsi de la manière dont la pédagogie Freinet, telle que nous l’avons étudiée, a permis aux élèves de construire des rapports plus motivés aux disciplines. Mais cela ne peut être obtenu sans une meilleure formation des enseignants au disciplinaire, sans une réflexion sur le « disciplinaire-scolaire », sans une étude des différentes configurations disciplinaires possibles selon les pays, les époques, les visées, etc. Et cela nécessite encore, à notre sens, de travailler à deux ou trois enseignants dans les classes, afin que la collaboration-confrontation soit incarnée et discutable par les élèves.

Conclusion

Nous avons tenté dans cette contribution de préciser certaines des raisons susceptibles d’expliquer la méfiance de nombre de didacticiens devant les projets pluri- ou interdisciplinaires : centration des didactiques sur les

28 En favorisant ainsi une meilleure clarté disciplinaire.

29 Voir par exemple, mes travaux sur les descriptions dans les différentes disciplines (Reuter  Yves, La

description des théories à l’enseignement-apprentissage, Paris : ESF, 2000) ou sur les erreurs à l’école (Reuter Yves, Panser l’erreur à l’école, Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2013).

disciplines ; résistances face à la mise en cause des disciplines ; oppositions tranchées entre pédagogie et didactiques ; flous de nombre de projets ; etc. Nous nous sommes attaché à préciser ce qui justifie selon nous une position plus complexe : la structure interdisciplinaire des didactiques, la solidarité incontournable entre didactiques et pédagogie, la complexité de la notion de discipline. Et, même si nous avons bien conscience, au moment de conclure ce chapitre, d’avoir été trop rapide sur nombre de questions, nous espérons encore avoir réussi à ouvrir certaines perspectives quant à une interdisciplinarité respectueuse de l’importance des disciplines.

Bibliographie

Astolfi  Jean-Pierre, La saveur des savoirs. Disciplines et plaisirs

d’apprendre, Paris : ESF, 2008.

Chabanne  Jean-Charles, « L’espace interdisciplinaire entre la discipline “Français” et l’éducation artistique et culturelle », Recherches, n°  67, 2017, p. 63-92.

Chervel  André, « L’histoire des disciplines scolaires. Réflexions sur un domaine de recherche », Histoire de l’éducation, n° 38, 1988, p. 59-119. Chevallard  Yves, La Transposition didactique, Grenoble : La Pensée

sauvage, 1985/1991.

Chevallard  Yves, « La didactique, dites-vous ? », Éducation et

didactique, vol. 4, n° 1, 2010, p. 139-146.

Cohen-Azria Cora, Lahanier-Reuter Dominique, Reuter Yves (éd.),

Conscience disciplinaire. Les représentations des disciplines à l’école

primaire, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2013.

Halté Jean-François, « L’écriture entre didactique et pédagogie », Études

de linguistique appliquée, n° 71, 1988, p. 7-19.

Martinand  Jean-Louis, « Quelques remarques sur les didactiques des disciplines », Les Sciences de l’éducation Pour l’ère nouvelle, Vol. 1-2, 1987, p. 23-35.

Reuter Yves, La description des théories à l’enseignement-apprentissage, Paris : ESF, 2000.

Reuter  Yves, « La représentation de la discipline ou la conscience disciplinaire », La Lettre de la DFLM, n° 32, 2003, p. 18-22.

Reuter Yves, « La pédagogie du projet comme analyseur de la didactique du français », in Reuter Yves (éd.), Pédagogie du projet et didactique

du français. Penser et débattre avec Francis  Ruellan, Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2005, p. 187-203.

Reuter  Yves, « La conscience disciplinaire. Présentation d’un concept »,

Éducation et didactique, vol. 1, n° 2, 2007, p. 57-71.

Reuter  Yves (éd.), Une école Freinet. Fonctionnements et effets d’une

pédagogie alternative en milieu populaire, Paris : L’Harmattan, 2007. Reuter  Yves (éd.), Dictionnaire des concepts fondamentaux des

didactiques, Bruxelles : De Boeck, 2007/2013.

Reuter  Yves, Panser l’erreur à l’école, Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2013.

Reuter  Yves, « Didactiques et disciplines : une relation structurelle »,

Éducation et didactique, vol. 8, n° 7, 2014, p. 53-64.

Reuter  Yves (dir.), Vivre les disciplines scolaires. Vécu disciplinaire et

décrochage scolaire, Paris : ESF, 2016.

Reverdy Catherine, Éduquer au-delà des frontières disciplinaires, Dossier de veille de l’IFE : ENS Lyon, 2015.

Ruellan  Francis, Un mode de travail didactique pour l’enseignement-

apprentissage de l’écriture au cycle  3 de l’école primaire, Thèse de doctorat en Sciences de l’éducation, Université de Lille  3 : Atelier national de reproduction des thèses, 2000.

Vincent Guy, L’école primaire française, Lyon : Presses universitaires de Lyon, 1980.

Vincent  Guy (dir.), L’éducation prisonnière de la forme scolaire ?

Scolarisation et socialisation dans les sociétés industrielles, Lyon : Presses universitaires de Lyon, 1994.

Vincent Guy, « La forme scolaire : débats et mises au point (1re partie) », Entretien avec Bernard  Courtebras et Yves  Reuter, Recherches en

didactiques, n° 13, 2012, p. 109-135.

Yves Reuter est professeur émérite à l’Université de Lille. Fondateur

de l’équipe de recherche en didactiques Théodile, il a dirigé diverses recherches –  sur la pédagogie Freinet, sur les expérimentations, sur le vécu des disciplines et le décrochage scolaire, sur l’erreur,

sur l’enseignement et l’apprentissage de l’écrit, sur les concepts des didactiques, etc. – et publié de nombreux ouvrages et articles.

Résumé

Ce chapitre expose certaines des raisons susceptibles d’expliquer la méfiance des didactiques face aux projets pluri- ou interdisciplinaires : centration des didactiques sur les disciplines, résistance face à la mise en cause des disciplines, flous de nombre de projets, etc. Il précise ensuite ce qui justifie une position plus complexe : la structure interdisciplinaire des didactiques, la solidarité incontournable entre didactiques et pédagogie, la complexité de la notion de discipline. Il se conclut sur certaines perspectives quant à une interdisciplinarité respectueuse de l’importance des disciplines.

Abstract

In this chapter, the author states some reasons that may explain why didactics distrust multi- or inter school-subjects projects: focus on school- subject; resistance to the questioning of the school subjects; unclearness of a lot of projects; etc. Yves Reuter argues then that a more complex position may be developed, based upon the interdisciplinary structure of the school-subjects, the inescapable joint between didactics and pedagogy, the complexity of the notion of school-subject. This paper ends with some prospects of interdisciplinarity that respect the value of school-subjects.

Existe-t-il une didactique de l’interdisciplinarité ?

In document UNIVERSITA’ DEGLI STUDI DI PARMA (Page 49-67)

Related documents