• Non ci sono risultati.

Diderot et le matérialisme du XVIIIe siècle comme problème

N/A
N/A
Protected

Academic year: 2021

Condividi "Diderot et le matérialisme du XVIIIe siècle comme problème"

Copied!
31
0
0

Testo completo

(1)
(2)

?L00 'S£ ': ;yte 5L65£L OLOL8L 6 -L6S LO-LO-L-gL6 NØSI ( Ψέμ u) + #+1 4Ø ~31 (' т 6,) ( Ýц ) G н§ 4~4?tłг1 ®~J ( itW . ) r

iXY

(

μ ) (1( y4~ ~#) (~з %д . g#) ¡~ fG~ 112; QιC,~Ø~σ1 ц(, ~~` 1~ y ) )C r4 ιι4ø~ Ykf l W 'äe13i (ì-. . ~ε Ø ) F ő Ø + Y ~ . '-(f) i'IOZ

1 710Z dVa7 ιилd21 . 9&V 9& V г}~aá Md/ 'a'p api

(3)

(( i&flìtít» *JÑi'1 . I1tAUh~~`

Ø ' ξűa~ • $ì$ Olivíe7 Bloch)

1u jt Ø* • t+ 1 íłF¢(Betnard Bourgcois) 4i#É-(prançois Cheny~ Yêξ## +6π~i . ì4rtλ Y1 4t • iMì(RobtrtDamicn) . • 4tQacyuesD Mundt) C§1§+źЯ9т°.{E, 4g$nflf .+ f . 4 a ,' 43E LXM*41(IuliaKrisreva) n , #*J 51#Γτfl . Nfl7k

*

A#я Ø i#(PhilippeRaynaud) E# g-t+Ø332 . ìп` WF*** e ~, - tiš(BarharasRenaud) -tft5'J • $ * ,t (AndYĆlasci) (ЭΡ - ~τ ~~U) #iυ я- $iar Ik $ #~

ÉtuÆd

e

4' de' l& pв 44 e' fиa"ιça

í4

e'

Le'prtnte-nqzv,

2014

ø

."„

Wt

2014 (4)

Ø#,

o

,

ftft fs ~11o©tM' .1':tV~ń

(4)

tk1 ~ . 1 ε .~ ~

τ1

пørτt ~ п® и11

τ

ø

,

~т~~д ~hι

ί

=ë4~. ,ï τ~ . 2O14(

)))áη

łэί t$,7

Ç

:

7

#Φ +**4

I ι cft MM,

¡JR4SrtTfl-tflÑfl*fttt

*MW kí ~ . 9 ł ü~à~ t,y2,~fίTì7f

ι

ε4,~*~á~

,

53£1h1ι

a$τt,

τί tι

τ ,~i~~1

á1 .

,X TtbTι7#~

F7áh Ø##

Ht u: ffMfl4

łз]~

4s `l l êJ

Ø

,

a€1Ì

1! , .~# f~ 1ιι~7 ~ á~3+sSя

(

ц~

fl

2oo4

w 'o

F,# Tι7( ï

.~ι~3h,

Ø

~,7 flfl1#*Pfl,Ì

~

~εì~1~~+`Efi~Fł13ε4Łí~~~Ì~í~c

20L4? 2

Ä

(5)

u

s

M-

5i

"fi ~° 5

яì

ã

rh

1~ Afl*Mflhá~7 пf7 . . .

~, ±;

. i .

flit t т т/+ (

I)

-níJ

íJ

1

8

fft

E #%η

~C

ffc .

~fl/

M/* (M)

ιs Ltf2ř ~ i

ØΉhb 5

fд :

fQ#1P θ7t JL))

y

(8O)

HA

~ς> ì N

ìέ k

$( *t

ì2 Hv x¡s

M ,) (92)

:=Ø5} ξ2 έ ι1 ł ы ì ιΓε &ÆÛWfltUÛWэ# tU flM(133)

M=

5}

Lì~ØΉ`ι §

1iιØ

ì ~ fΉ~J~7 FT . C.flt/- * í~i/~#(167)

(6)

k4

fλ Jt11'

ιÌα~

18 1PjUft49fl

f

n~,T T1 ~~~! T ± ,~~ Ø %\T~1~f(8 ú o TÌk JJ1i * $J 20 FtflflOι~ flO 7 -ίc 7ìB ί Ή7 Øι fTt Ή1 ť91tZJflWT 19 ε2~ήŤ CØ *®э ì~ìRήih,Tìť Xi ~f ~ε M+= . - *Я~ Ø4 o ØjCØfJ~ 1, tf 7 àtгt#T~1 1i~~7,~ξέ ! s í ht#Лì^táh "Tώ$ „

aìa-*ut*t

t ut +μ-E'cØ$1~Ήэ ί , Øы 1 i ~lYntί Ήή 1id n Y ~11 ) T *flfl W ι - 6f- J 1951 ,th Æ 1t kW (Fond Vaadeul ) ]3ťГιÁ J 1 , t#jς fl ft!- ς 1ě] M(H . Dieck-13C~1Ć1~~~ÏjC~~1~Třι,7~%(1~f~L ι~~7 i1

~ώØ~i

*

* < (PadoQuintiB),~~1c # ;Д~~9,~3 3ϊ~1 λt+~лo © ŘR ØιTη , Ήj *~; :$1ñςØε, ~ζξ¡ ~ΉjÝ, (R .Trousson,images

deDideroten France. 1784-1913 Paris Honoré Champion, 1997); [Z4t6,~ξήe

ς~1μq,

,

é?č AØλ~ J~ik1 $~f ff3 (7 Í~~, ~ ~~ť3 ~, 3L (E .Puísais et P. Quiutili,«Didemt dans 1e miroir de sesimages» , Actesdu colloque de Chauvigny (juin2007), dans Di-det-utStudies , vol .31 ‚Edited by ThienyBelleguíc,Droz , Cenéve,2®9, pp.99-266)

(7)

a18tflafl18 t1` #Ca

5 5

FILř

áh#tY 9ØáJK k1 ~$ ~

o

1a

,in

~-

n

n

*h"3εìz" J

tAO

t

^ 19 ~#ξ2 . #-^

Ьć a c Я3C~#tt ll

Ø, ~í

-

ε"

7

fl" (bon

gont)

L

t$, kξ,,,$OE

i #

ЯM

fl

-τ)*fl,

n :1875 1. tL(Ju1esAssezat) $Я í~ (MauńceTourneux)t` J

1c~ ~~1Ø~ß~,Jk~~°áh~R1*~źλ~~ιá1ιτ'~á~,~u4#~~á5τ~1L~ .K~

(Ł s 3CØ

я cc1

-

©

#

á~d ì3b lι~c+

A~ ~,fl

ф

há7

Ø

SC~c#ì~ r

plrт tS- FTh

,

τ3Ét1

fáh

1

KřhгSt ślι#lo C ι1t ~ 9ElØ,à# h

~1îR

ì

L

>λλl~în7 ή7úÑ5}átJ#ι

, д,

fl3 ,MPÆ

λ , kτ

~7 τ1

JkØ~:~э śJu~#~Л~X~+, ~i~ì~~~гιχt~~t > ãJι~λ~~~~ü9~~п ~

(1) $1Ætk(coιpuscu1aпame) , К ~ 17 ~iξς Jξ rj ~C J 1l, ì iε

-tιfι

ττ

x ~1

áh

~11~7J ~~1< ι

й2o

#,# tI!a5

w

]{'ε(Øλ~y-ί~(H .Dìeckггtaпn ),

¡ (7•Pmuat),~LiFł'$(1 .Vadoot)_λ~ή м ώØ~J .fIØ1ñ ÑŠ ίì~

DPV) ,A. 1975 }1 ι41/Ø, Ř9E E fl{ ná1Яì~

2 i i :Th 1875

e(oeuvres complètes de Denis Díderot,éd . Par Jules Aaseaat,Maurice Tourneux , Paris ,1875 ) ,

~3

*%a {

ý :1 *ft ~£JL)D .Didemt(Lt Neveu de RameauparDiderot.Suivi de l'analyse

deLr fia d' unmondeetduNeveude Rameaude M .Jules Janin,Paris,DubuissonetC,1863),ØJ1 :(iZ

:

tt,W *U ìξγ)(LD'Hondt,DØrot.Raísoa,phέlosophźe e[ dia1ecdφue .SuέvíparLe Neveu de Rameau,éd .par E .Puísais e1 P .Quíntíli,Pańs,L'Harmattati,2012,pp . 123-313 .)

(8)

5 6 ìš- ®

ч ýÉ • 2014(4)

Ufl$(Bu££on) я

f

fl

( Maupe~uis)~ J ú~ [

ф

,Tk1 $1

ILtnfl1-u

hξ= 1 Tťгo ~Øá7 ì^1 T, ^ LT, R M (seasi6ílité) tλ ,д~(vie) ;1 1 Ø j-+,JJήtJ .ø J{ o 4T1Ø,[PLiSú fl1 ιW ,MflflC © tX1usfl

~ f~ØFIr~ώátl~~r1~Э~,~

-~

~~t~

#~г~ф~1~1 .ж~Φ~J~~,11έTt

~1 TΣáh ΣЭ) zt,ifl

-

A1E 1в ιt.o τξK

f

rrn я

há1ι

Г

)

(1770)Ø,fl flT3$- . :

**Æx4&& ;2 Æt^±tt ι-hι p afl Æ tt,à tH7вt

~ + ~r1ы,1~~τ~~,ζм,ì~Øлττ~~τn65τ<x~~~τ

>.г,лττ+~τn

>~>#cìλ~7 i('~i.iE1;' .~1$~,řι1~áfι ~,>řťiϊ~l;tth .3c.έι~á5~,,i(-~cØ11€64

;fl1flÆ$-flèWt*JE0έ-з) r ι*t$-s# 4ι èítд*t JE0 i-Rfl

fl

7

t г,-łл Æ έ1яt jE 50 ~óti U-ffÆMx *#3é5,

~4~hYг,~~gg~ί~Ø~1τ$é5~R~`л~tύ~~±й,~}~#гEá5o~

T 1~ł7Г=ιP ,ff 3f T-*h7 ÑPÇÑ(cosmos ) .~έf ~$# ł1

(2)-4P*W-itì2(

monisrne ontologique) , IftI , ) f ( 1 4A

*)*il±tÑ(cosmos)ffi% - fl øłJ--(uu tout -un)- (un ] t,-4F3

ł t$)LÉ~<J`jC "( un«Gгand Tout»vivant),Mttf~Mti]~ Jtf

ú #%*A ](f á ( ;91£X1;11 :*Tfl 7t.a*flA )( P .Quinτдí, Maté,ialùmeset Lamieres . Phil osophíes de 1a vie autour de Diderot et de quelques autres, París , Honré

Champion 2009 .) η~ ς © *λ.~ua /

ρ

2Y/J :(t W-7 ` , }( λ .Vaiiалían,DiderotandDescartes . AStudyofScierшfic

Naturdiçmén the Enlightenmeru,Prineeton,University Press,1953 .)

τk ~Y Ť 1 Ø Ø 1 +Jf- ; ~ ( D .DíderoςPráncipesphilosop hujtuessur la matièreet le ûwutment ,dans OEuvres philosophiques ,ed .par PVemière,Varis, gernier 1 tξ ;σίÁĆ

Àλ f~TйSεй εΓ+ ι ) f . ki ~ ~~CFλ

$тEpi3Rq 1997 ÇØ„ 113 fi, fl ~tØ3Cm$~1~2Á

(9)

"

( chose

étendue , res extensa ) p

"( chose pensante, rescogíta~s ) ~ã]ή ώ , øд #á~G#11 h . ,ι 1J J . ~~1 111 Лi~Ø áςι3~~ ,t# ~ ~c#Jι#fi,>Ã #~λ # # ~~ ~1 ~h . фátι~ц~з

E

i

~L fl Øåco

~ τ ~a mτ~ x д ì ι o,Øλ τ - ^~εf τ Ø к λ

4$P

P tnijcØ#c

Æìt1tftfl,

Ø,ι~Ø t~ Ø„? #fi ,

M**

к h#~~~c )1áq .Ø

á(ι . ~ ~h,

1

átι .~ #~ØŚh#RWO

X X

tfl цé btι, flnTis-,ι , 1ńдŒτ~bá9( gijTa7

> :

ыh

h

~

эε k

u

3Ø44o

T

ì*

~

!

Ø ï t

t#łι 47~д я

ыτ~1s *

&

#łτfl %?

3 PÌ

1t*(

1e (out)lflfl0

fl

1

; k- ~

fl±flk,%ι

4& ;` Rerum novus nascitur'( tД*fl), #tÆG~`7>7C'i4t=ί ^ ~ιιh ,Ø -α

&,4k*fl :",1flÆ5Ñ!

3mØÆ 5

г2šb !

#

ι {pá4iг4

kfl $Σф τØìE J1t~~, 7 k1 ~ #Л SC J Ì 15 ε4 ! # , (3) -

p hi - tìt(

monisme méthodologique )

e χ ~t ~

*tAJft

λáhïJf

Ø , 1

~~+1 ;~~7λ~á`ι~1łз[.т~,~~i~á[ι~~, ιд»fFlr~á[ι~+~, #~ì~ττØFэг~~ flt át7o ##-1i , τ ι~ 3~~εtx1λá5 á<7Ø'1 . tñt# #~ ει 7tØ 10 fltfl : (r ì i -~ι 1Cú &u d 11 th*

) ( P, Vemière, Spinoza ei 1a pensée françaúeavant M RéuoØn, Pańs,PUF .,1954) ; ¡j1fy«flt t W ,

[ Ø$Øήťjt ή

ì ( J . I . Israel , Les Lmníéres radicales. La phźlosoplù ,Spiswza et la naissance de la modernité (1650-1750) , trad . fr . par P . Hugues , Ch .Nordmann e[ 1 . Rosaiwallon , Paris, E dition Amsterdam, 2005 .)

®

:( sS,~9?zt J ` )(Dιderot,Le Réve de D'Alembetl , danstEuvresphilosophiques cit ., pp. 299-300 .)

tfl*

«kflWtfl),?'1

fl .Æ

~Ci•7

M

*~ š1 1997 1` , 146J,W$ý* 2 .

(10)

5 8 _~,~ fl.ì#èQ 2014( )

fl* L

~ř ± ,

τtkóflτ , k

~

~t

#fi~

áqì Г

ι~έì á4

,WT(4) t

(

causes finales)

GL

°

«

1~ή

ØS*&W

t

t , ì$ +p#1~ r4t7 w ~ι

k

Aλλ,Ye ,1ø

.

,

~

fiãl ,~*~ tt7 ,

eflt*1wfl*n0

1wfl*

no

tma

áηuáhι~o~,uf€

M

Ø,ì

mn :mflfl*nn0

fl*

n

10

:a)

#фì^e .Гк

4t i t)дT flfl E 4Th 0 ;Ь)ztf

1Ø A~1cглTfi1

h

tt 9,ιwsfft fl*t5 IB*3flLflWflM ;

flW

τ f ;c)

d)LjftfflJpfl

'"

(fatalisme),

ì$-nam , IES фØ~1?дåιáh# 4Σ

o

ф

n g,HØj[ι

,x

α 3λ

- ф~tf~#

дffi

+~flttt ι1

fl(pensée

( subjectivitématérzelle - indiuiduelle ),

jfti --gij

fýuc i--η7řij

_g)( uni-totalité de

sentir-penser-agir) ,

$ á[ι3~ Ø *11~ Ø ,

1

>Rfl

hS

tØ1 ° o- $

1

зε

,τ 'ι

1

bk (

,®)(1746)at

3

ι{

k

fl

áfι -

1'7ι

,ιд7

ΉJtτт~,Ψ~λ ~ε

.ź k#ttìW,ιτ1Cì~áhúØo # 1nIJtn"n', /J\

ijj

τ~1,nP :(S*)(ι75э

,ì$ :) ει(i ñì^t

šгØ

(

1773-1774

Øλ 7 f ~ łτ ~Øη#1t 9 .~

:'á#

43'α14Pá§u Ø

X .#t+~ì fiA(e .

Quintil,La penséecritique de Díderot.Matéńahsme ,scienceet

ie à 1' ge de 1'Encyclopédie . 1742-1782,Paris , Honoré Champion,2001 .)

(11)

3a~ř 5

18 ±E Я jj( 5 9

dì3Σ~τ~#τAá9~~fi~,~+fλ~áq~~i3~~+1áhf5},~+λτ~

#~1t

#tλλλ áh 7 Ø τØ J# 11 п ~áh ť ttT, áł1~rÆ yj. •~

Ť(

SuzanneSímonín), xSLÆfrJa~ ;ØÆØrJ G #ε,Г áς7 `r1,ł ιłt#я #й5}á `,5} t o t Atfl,tk

~ιØ~+11Árì~~~ š#r~á~~~,~tэ+iг~f~~hλ~Øl~áhl~~áh€~ìэ~~ilf~fr

Øáh η τ #RГк#~ -TιΣ á~ι .~~λ á4 # oo fi **MS*M 5

τ1

#r'1 á5 %'f

п

τØ~iT

Fá<!o u1€

iZú

t1ιдX~T

τ áh

M1

~τλo

áц

1

fl,IEflSStt

tзл,Σf#S h! 1 Ø, Á 9

flo

itt ,

V

#7 fl Øáh# ~πJ, U TXfl2&X φR 'M áη#~ηJ '1 n-tint

i ùτØ

Ø,~R!*τ τ # i 5}

Uк# пì áh

hf1

t,](ì

~GÌ

š 1

ffiTitìst)iMat0

á~1t 0

ffi1ll,flhflt,iI- x

-x

t&n ,τ t1flfifi *Гяяf á4 M ,tп ж hłл+~ п +~ ~η

#fi,ì$

c>3~λ

íØrØì3~Øiε"

~ .,

~

t

LBØ :

44t'I#9tø - ité5i,é5 , T # & . flfl , S MOé5 Ø , z ι dᢠ5,~~á.~1#}c .~}Ø'}# .~tAq п! ~+~t± ;'ł~č~+ιЬ?~~,~,~~~~ìśL : "fl4ktì&U! 4U5t« .flflk

»-ι ~ τ~1áM14hR~,#~г .ft~ιίт~~,~ίìк~ι ~~~1ł#~ . ; t~,~Ø45 *s'ł~ 'łл -ξι~ Э 1éflx, t3L,i4*ttk,t4+Ptfl* :, ~~-thв 4+ P á °~* :

h ί ;3~~Áπ~1#}ι~+~ί~tε7,~ί~'1tι,~~7~,T~ì~~#-#~~г,Øf=ι#k .,

#Æ kt

: ( ft# t )( Diderot ,Ca Religieuse , dans ffuvres romanesques ,éd .par H . Bénae,

Pa в,Gamìer,1962,p.277) :"~L~ йф ;~ ~9~я~łJ~ftb~ ;}ξ~]ñØÝ>~я~lι~ :Лιλ6=li~,#ξ, TJUUc,-'J'frti0

0

M

M -rпx ι

ι τ

ι ι~ в5 ìi

т~ ~ 9*xε~Øλì~~~~~ 43~á!ιjι~,~lTп#~~?~A~вfιη~áti~c~7 :#~Yкгλ, ~#~~#lr :k S, A1

1s

flй Ø T

(12)

60

_ ,~ ì#τQ •20140)

kÀtit*ut*,Otìt :"*&*&* -&W!

*-&

+λα7°eι #}ι a-it

Æ

T 1

4Mzti°

έ~~g1$~i~ ¡~F ;λ#~ì$ìiłØ~~~áή .#~~¡~yλíл.η`l~.ì °'Jú/1!;`+ř0%

1

T ;

•A

; 1

n

vz;&iЯ.$ *oatι . +т, rί~i-*=ti м5Ø ~f~,ιΣ1tA6~~-Fì~Ø~~1c~ ι~ιτ~ ΓкìΣ~1~7~a Flrì5гÁ<7 : tÆ,#~г.~ x~~ 7 τ~~~C~Д~fέ í~~-Jt~ τ ~Céήήιξι~~L4.E ; .(iì$Ø

4t4it1ìc44M1t*ktfl&4tt• • • • • •

ttAtúttnfl4enn0

4 ι> 1 Ø : 0

4k

• - T C.i1í'. 6`73.г `ι 7 ,T'tt ìŤ4 °fr.`.7

SS

1zìk. :' tthÆlit,# .4t

fl

• • - • • • "

#Y : :1 + #έ -7R,έ,áf ι + к 44tt -F* UØTh4L T áh

flflSSfl

,

F, Ø ~T Ø,~FF# ~1 ~ráh~7Tc - hflÏiÏ

fl

áh г t,Ø σ s + ,τøпøt, , - ч ~~ ~ t O

tU&,(1 aì^t #Í XiA ) (ι~

F

(τIιΡúì'ί τ`#W ),ξλ J

ì n *+1áh .

t

n &fl*o Æaff&~Ff X 7, -Øдt /Jv}}

Roman -jeu)OO,j(A a~ì ÌSfή C]Ø#

,

MW(

L.Sterne) J(iflA{4%) (Tristam Shandy) Ppд ìk # 3έ~ ж* h f t, k1 $~7uC€ 1 SC

tiPJ uL .~X1XWlrF7.XLp7-CCJ_^o τ~~Ráh a ,# tλá<J -řfi#dτ6.,Г

ýλ; :(ή)(Diderot., LaReligieuse cit .,pp .294-295 .)

I1k13O1iL01 io •

Æ(tUffiBA)(MKundera,Jacquescgues et son maUre.Homm ¢ge d Denis Diderot , dans Œuore,vol . 2,Pańs,Gallímard,pp.567 - 573)" Iή ~гJA~ {~ξ χή

η gη~ ,

# €9-$ΦØ á4 ι~l~tØf$# ф kfiá o X~#€ Ø,flW2 t3k

fl

á7(3 *

(13)

-*fl

fl

18flfl±

JfT,(t

'JtflflWt"flfl"

,"#C fl", ,ì B~ pØ ~ι,#w ź~ éήα #~Л 3C áq#E 1 á~ . át1, tAUg át +1 1to ~ Eз9~Tá ~z4 ø 7> - ." # 9,#λ~λáh xá

t,RuflImij'

•® ~,»áη Xй~# 5 Ø ,

(fl+

#

Z)

i~ i *' " (sens),tb$R

n

,

fiMjtt

"n

,,áhflit fl

A1fl"fl"

~{ι +ll~+ι flX -'4 ßtJ} λf j " ( vecteurs d' immersion fictionnelle)0,

- ιt Д ýt~ p f

#Л.,~~ # ίt~ìé~á4τ~~1~,~ì~ε~~λ~~ ;~фttт,~д~ι^λ~4,4hλ#~š~, *P~4a λM}1Œ ĆεtL,LT Uí ;; A'-

t'

44 UflW f1~fl,{th J4t)a ,

&«kE

1Iá7#ж4Σ χ4 nfft

fltÆflBi,

,*FIr#Æ 1áh,ιΣ ;1

fl

1 áfι λ,#i€š~ 4

thtAtA"

A " Ø+~ , Ø ìp o® •

*Æ(fltEtfltA)(Diderot,Jaequeslaeques deIa[adSe ei son maitre, dans

Œutns romanes q ues cit.p . 493) "Uj *phЭ? A- ,ØL~$° «Mfl'I'ff't? ~` S30 {LMfl εhl~ß *? ï fl * lØo ijfl?? R цB Ø1 t t*8 ? 1tTft7 *ft ί? λffι bìî1í ;Tп# *~3i,fL~áh~ťεì# ,# 1ì7~~+~1áh - +ЛfΣ +F ,ää t~i •

1 łς :(itUW ,t J )(Didert,7eRêvedeD'A1emØr[,dansfEuvresphilosophiques cit., p.279_)

λ.7K й( C i1~7íYL)(D .DíderoςContes es ronmns,éd .soue 1a direction de M .Delon, Pańs,Gallimard,2004,p.1184 .)

:

* : (t fltIlS*)(1807), ( л ~ ~ = ,3 yп 1979 i,

574-581 (G .W .F .Hegel,Werdenkt abstrakt? (1807),dans Werke,Band2,Frankfurta.M .,1979,

pp .574-581) : ж~áηλ~f~ιм1ì7áh1hλ š~#1}áh,т~#7 FØáhж λ Ø4 1áh~Fλ 7 aH : 0 Ø~x áhai4 ,4 ~ ~1нLü ß,λ1ι7~!ι łk ~ãh(fiй £ #1€ í λ~Ø7Ø~1~, λ41ØT a7 9~λ . pfśфιJØxε ~Lbiд~ìΣ Fλiξ #1Ø47o ж A ØAáfίł áhfFλ~fAfst~fhλ ~z .ι t4Fι~z~~hλ~йěз>Bc~á ~fr Øι,ì1.ìS;3~~át1iØ9&,Я~~ tftn Ø f * 1ί~ιJflfháhfFλ, ΓO~hλØã7ι~AAд Øдí ~ιм#ü á~#кд5o Xεfέ~

~ι~λ4ι`7~R~~hλ~ίt1ц7cдì3'ε~ì$>~ , ~~~~ιд~ιτί47á~~λìΣ~7tì£λ~4f17ι~~ ~ a

é§ ,й 1 ÑBtffl* ; AftÆMM ,

(14)

62 -W hfìε . 201 4(4) '

",ffi4

MMtt4? Ø

ti17# й .t

цΣ : ~

-

5#

гì~~fί

#7hì3гá'

•l

fF~~я~*~,1rдΓ1- i^ΓкìΣdáh~~,Ø)#i~т~-tЛλ~~~+á~~ε

a5cOE0

~Яfì$ ~- ~ ~~~Cá<7L~г,λág4~#~R~tf~

~h~#~áh~έ~,~~<~цéXε77ct~~~1áhØ71~ξ>A~,Ø~1f1il1#~~,t0Ø~1f

n á7~áar o

(i *ìE

fl) pflE Ø fl

Ñ

᧠c*

Rn

í~~Fh~1~~τι~-

~áaØ~,

ί#1IØ~7 ~t) ~~Irì3tú<7ØØ-ñì^~~д~J #~-~ìÉ

bhI,ιj`'.ílλH„tε.G7i Дì

7#o tAEfl

'aÆ

$C"Ø4tяt" U

"áh

1 г~á<ιØ

: ^Øáhλ,í úд

K

f#fi1

A

гJáh

fJ

7

tÛÆ

fl p17M(~11M)á<ι11€ ιìп

1X

fl

7át7ÑÏá7#

tJflX()7) (

1690

)ØFlfì

5

.# #t

17, тAk

í ~~Ir

#д#~~Ø

ì 4 Hhu1~#fi

Øá+7##h#~tι1

ZÌØ7~*A

-

tЛ17~J~Á~1жt~17~7Pι~ ~ř,ì$~~7 Í1~~~u

~ξ,~c~}έ~(forme)~

Øo ~11tPfkT,

Ø(

1etout)

~ε~)1

á7,X~f~ Σ4% J,4έ1tf

#t%o

(?*t

t^

~э`#~5~~λ~rAkí~~áhà~гA*H~~1~X~~в<7~Øúu~~-ØtŁ#~ . д~~~4к~ił~

o гt

dì3íáh ,th

~2 f^τ-Ø

1'~ppáh~#7, AG#i

,i

~dì3Σ#Lλ1~f~kí~~э~~At~g<3ηt~1~~д~('~ pØ fll~s~~ .~H.#1ιAιд#ι`Г :1>'.

(1G

ARλ I1ã)(1749),λ

wtfl

áh

fl

)), 1

b~ι

Al

(~#3~

3)Ήttr ((

Ì

rJ

~(1769),(ti Æt

) ®(1772-1782,j

SÆ U : ~~ auд1$ 5uTX

( Cf.Diderot ,Jacques2e faidiste et son maître ,dans

ffuvres romanesques cít.pp . 503e[ 757 .)

© SLtk* :(t t

)( D .Diderot ,Édémentsdephysíolog e.Suivisd'unAutographesur

la physiologie e[ du Manuscrit dePétersbourg,texte établi , présentée[ commenté parP . Quintili , Pails, Honoré Champion , 2004 .)

-

(15)

k*; _ í 7•ü7 éh 18 flfl ìX '

(a))( 1770), ;

(~

*ntvim 0

tιдE(~1mo

VV ' í 1 Ì°~ έ 1 kτ $ ° ~! зC ~+~kíØ~~#п~5Cí'~~7

ź~á4#;tl~~,

,ì#-~~áh5il~,ť~ιx~f~k

~

7k#ttì .

+1 t1ñ λ~

ιáq ~ qo© 7cM

jI лÌX

,# 1n

TUIEtm*flWW

*

WW

,τ75 *fl)Øá5o

Tt'4 R?

EŠIß ώ ΉJ Jj~& ** M (O vier Bloch) ~~¡γ f #ι1 j

, :ìt

ξ f

ßř ;~~#fi~~C~+~~ñu,ι

-

E~ì~tà~ì~úA~á#~~Эì#λ~á~~t~,1ιτì7)~~~1átιtι~

flfl 1~Xřlr

&

á~fl

$Co

Flr ít~

'1 ~č~, #ф~à

R

tlbλáh

o"v ~~, flx,м*Øh

fl%" flifl" ,

Q1fl*ÌL3

, ťι fit5Uti ,

ì T

~átι

*fl,M*

-•

R14flj-

tτ~ J# τì1 ; á~1ê4tт+"λτ ®*®йτØá5ì -λsк ~1 Øf uno # 7 , (cogito) p (ego) í~F áeλ Я tt~G$ á<J ~ύ{ S - *ttW(~ áη1 Ø~+)áa á5 ~Ø~ á~ ,~к ,τ 63 • fłk ~Ø пί á§ iØłt3 . л F7 #l~~-# P :< ~

5

T~ áι

4±) ( Ch.Avezac-Lavigne,Diderot e[ 1a société du baron d' Ho1bach.Etude sur 7e XVII? síède(1713-1789) , Paris, Slвtkiдe,2013 [ 1875' ] ) ;m :(18 8ή $ ξu ~ (É .Ca1bς 7ιe philosophie de 1a vie au XVLHe siècle,étudiée chez Fontmelle, Montesquieu, Maupertuís , La Meterle , Diderot, D' Holbach,

Lnné,Paris,M .Rivière & Cie,1965) $p18fitEG#3` )(P .Navílle,D'Hol-bach et ia philosophies&ntijiqueauXVJIfsiècle, Paris, Gallimard, 1967)

Xf1ft> X~,ì$- `> 1~Ø, JOuØiι J ή' ~dñ1 .й(Э<1#łt}`9® ( P .Quintili, La

pensée critiquedeDiderotcit . ,)ØØł c**5Yflftúi4 "tfl1"fltJtflrt*6SJt ;ή* ®3 xG#$ η ; ( Д

X) ( 0 . Bloch, Le matérialisme,Paris, Gallimard ( coli. «Que sais-je?»), 1995,p .8 .)

(16)

Ø ì =$ ® .ì*ìξ • 2014( ) f

WÑftflui1

n,

T ~4

~ι#~лf

~ff a# áh

'1 , ø

ï4++fłìяff®1 á4fl1tc

1MfltM"

r

f~ł áhfi Ø>

:λR

~

i~д~λ

X

~

á~ IE

U 1

FRøl

áh ;"uf€ 4t)C

ì λ -'~' , '

*t$tflt

t

áh

fl

1 '1 '0

Ø4*áhut€ fi

XV2

Ø Ø

` fl

* zTh

J $

,4f 4F#á7i 11A'

,W'Tt *#

lι A',Σ

#kτ ~

ι Øлξ5C o

flt4

Гx14

t ú~J

h

fØi θhl~tìe^ +#tЭ

Ñ17

,Th#lì .#1 L3Sfl, ìťì~гfsh

4

M4fØìfl<.

M4tflff

цτЭ τ ?P#Hλ~

3tflM~*&oo

M

ø&fl

á~f pp ~3cØá4ìλì~

Ø

sг~кλ,fkτØ~

á7ut> ~1~X~~4Ti#~á~к1 € #~~áh~+lí~ε~sгΉh~~ .;r.Flт~~~Ø-fi"~

~„ ~*B~

#~ ~ f1cíØ~ =`€PA9~~~ ιΓ

-

ε~Wτ, #~tì7Tfi~Tí~xìλj~-!$

thì ,i~- ~fi1+H 4Fáh~tfk'

Ø,ì

N$,7Hu3 ;,*

Γ1áIιu3θ,Ø

fl2nntrn ,,n ,,

# tn

n

in0 1f1tu(#

O

:(Ø t kì£

A,

-

, m ,(~ , 4 ~#*) з#, 83 , ® fl&M :: (

1 t X) (O. B1och , Le matérialisme ,Paris,Gallimard ( coll. . Que sais-je?»),

1995,p . 13_)

03

f $ p" 1 XA~5c# (transcendantal matérialiste),*Q*AB*tfl k 41t tø1.), 22 k ~8§ ,t ι5~f í Bp 1 X ,a й X~, Ø #A,~ f® B§#1ł #~+Bh,Φ biologique pensem) .,1λŘü ι flft _

i~1PL Ø(sujet-dén mge)ξ1 T iš 8h ~ λt ,Ä~λÍ Ø ~ïι 1λΡ7~,*

*tflmb .ìλΣ°„ ~ Bhξi °#1Φ, fXE Ø

ØB§7 Bh -Ø(sшleur ter-rain d'unification possihiedan1' expérience e11e-méme ) 0 1EM IIt4Ć, εì ł'h

,MPMP M

Яfэ ~ 8§u 9fiflfl«f~T`Ø Ì1# t - Øf7 B§ ~λ4# o #fl

7 ~., ®, .,,,(ŤT+ι~1,> )ßrf - Я

JiÉε ~ 1 г F ( .Ta+i empiń4ue)

~tZØ 1< í σ %~fi .ltńìXZ ;=p~RR~

Zł$k~~Øí~π

á iε~#w.ł'έдπP1 Ø9k#я~1f~áη~ì~# 1ιfi~Fhкã28 ~зRR~t(ł~"

@1.Ø Ø * -H. Nakagawa : ( 1p ì -~1 t 7 3[,}ξ) ( Des LumáPres et du comparatísme. Un regardjaporuth sur le XVIII»s iède ,P aii s ,PUF, 1992 ;ID(éd .)

, 18 tUI1*U U *)(D1 deroy1e XVIII` siècleenEuropee[ auJapon,Actes du colloque franco-japonais , Université de Kyoto (19-23

novembre 1984),Nagoya, Centre Kawai pourla cultureet 1a pédagogie , Paris,j .Touzot , 1988) ;$Ætk

fl(U tI5)tEHA"iA"B§3* :( 1'articledeDiderot"Asiafiques . PhilosophiedesAStφues engénérai», dans1'Encyclopédie . vol . I , pp. 752a - 735a , où 1'on découvre 1a métaphore célèbre du dieu des Orientauxcomme .1'araigiiée dan sa toile»,que Diderot reprerld dans CeRêvede D' A1embert.)

(17)

5ØØì7 *18flfltjCX 65

w1

(18)

Diderot et le matérialisme

du XVllle siècle comme problème

par Paolo Quintili Universitè de Rome« Tor Vergata» Collège International de Philosophie-Paris

Résumé

Philosophe aux multiples facettes ,longtemps l' auteur des«morceaux choisis», oublié pendant plus de cent ans ,la figure de Diderot est une découverte de la sec-onde moitié du XW siècle .Ia cause principale de ce long oubli, parmi tant d' au-tres ,a été son matérialisme ,qui dérangeait et dérangea beaucoup les bien-pensants de la France du XIX` siècle ,pendant la Restauration et même après ,pendant la T et la 3` République . Notre recherche vise à mettre en évidence, tour à tour, les différentes raisons à cause desquelles ce matérialisme vitaliste, «désenchante »ou

«aléatoire »,a pu trouver de tels obstacles qui ont empêché de reconnaitre,chez Di-derot,un grand penseur et d' en connaître la riche philosophie que nous apprécions bien aujourd' hui .

1 . Un oubli de longue haleine

1aphilosophie matérialiste de Diederot-l' on ne parlera pas ici de son oeuvre littéraire ,poétique ,dramaturgique et de critique d' art qu' en rapport à sa philoso-phie-a connu un destin d'oubli assez singulier ,au cours des derniers deux siècles et demi . Un oubli de longue haleine, qui a été alimenté et renouvelé par des

(19)

š$ 5Ø#17 éη 181#

JλдjX

67

opérations idéologiques d' inspirations diverses'J .Jusqu' à l' ouverture du Fond Vandeul,en 1951 ,redécouvert par H .Dieckmann pendant la seconde guerre mondi-ale,qui contenait une grande quantité de manuscrits qui ont servi à 1' édition cri-tique des OEuvres Complètes chez 1' Éditeur Hermann de Paris © ,Diderot a été l'

auteur desamorceaux choisis» .

Considéré , tout au long du XJX` siècle, comme un écrivain de génie mais «débridé » , « désordonné » , « incohérent » , « paradoxal » etc . par une vieille tradition académique et de critique littéraire®, Diderot a été choisi et présenté, souvent, à travers les textes qui semblaient pouvoir aller dans la direction du«bon goût»,suiv-ant le jugement des intellectuels bienpensgoût»,suiv-ants de la Restauration .

Jusqu' à la grande édition de Jules Assezat et Maurice Tourneux( OEuvres,20

volumes ,1875 ) , les ouvrages les plus scandaleux de Diderot,Le Neveu de Rameau et La Religieuse,parexemple,ont parus accompagnés par des commentaires ou des préfaces qui étaient censés amoindrir la charge destructrice de ces textes®.Derrière les romans et les ouvrages littéraires considérés,à des multiples égards, «obscènes»,

il y avait une nouvelle philosophie matérialiste et athée qui a été considérée la pi-ene du scandale et qui a fait 1' objet de différents types d' exorcismes intellectuels . Cette philosophie, donc, a été longtemps cachées ou oubliée, au gré d' une

v Je renvoie ici, pour ce qui Concerne Ia France, à R . Trousson, Images de Diderot en France. 1784-1913,Paris, Honoré Champion, 1997 ;pour d' autres contextes culturels,voir le Dossier préparé par E .Puísais et P .Quintili : *Diderot dans le miroir de ses images•,Actes du colloque de Chau-vigny( juin 2007 ) , dans Diderot Studies, vol . 3l, Edited by Thierry Belleguia, Droz, Genève, 2009,

pp. 99-266 .

R s' agit de l' édition critique préparé par H . Dieckmann, J . Proust, J . Varloot ( sigle ;DPV) ,

publiée depuis 1975 jasgo ' à aujourd' bui, dontilreste à éditer encore trois ou quatre volumes d'

ou-vrages et les volumes de la Correspondance .

Exemplaire à cet égard, parmi tant d' autres,le livre de 1' écrivain catholique LBarbey d'

Au-revilly,Diderot etGoethe,Pans,E .Dentu,1880 ;voir aussi J.Janin,La Fin d' un monde et du Neveu de

Rameau ,parJulesJanin de I'Acaděmie française,Paris,E .Dentu,1861 .

Cf.D.Didemt,Le Netreu de Rameau par DØrot.Suiui de l' analyse de afind' unmondeet du

Netreu de Rameaude M. JulesJanin,Paris,Dubuisson et Ć`, I863,dansJ .D' Hondt,Diderot . Raison

,phi-losophie et díakctique.SutviparLe Neveu de Rameau,éd .par E .Puisais et P .Quintili,Paris,L'

Ham>at-tan,2012,pp . 123-313 .

(20)

-68

ì Wflh!ì • 2O14(4)

considération partielle de l' oeuvre littéraire seulement, d' un philosophe aux multi-ples facettes qui montra déjà ,même sous cette forme éditoriale amoncelée ,une ri-chesse d ' idées extraordinaire , dans le panorama intellectuel de 1 ' époque des Lumières .

2 . Le matérialisme vitaliste et la pensée critique de Diderot

La philosophie matérialiste de Diderot se résume en quatre points principaux, au théorique comme au pratique ; 1/ le corpuscularisme, doctrine héritée du siècle précédent (et du cartésianisme) ,qui consiste dans une vision de la matière comme étant composée de corpuscules physiques infiniment petits , doués de puissance et de force,dont l' action est régie par les lois newtoniennes de l' attraction universelle . L' ancien atomisme classique est ainsi repensé, par Diderot, à l' intérieur de la nouvelle philosophie naturelle de Newton et des sciences de la vie de Buffou et Maupertuis©i •Chaque atome de l' univers ,chaque particule est douée de sensibilité et de vie ; la sensibilité est une propriété primaire et universelle de la matière . La présence de Descartes,par contraste ,n' en reste pas moins significative et impor-tante© .L' image du monde qu' offre Diderot dans ses ouvrages est celle d' un univ-ers dynamique en transformation perpétuelle ,en voie de métamorphose sans cesse, qui ne connaît jamais de véritable repos . Diderot l' affirme ,dans les Principes

phi-losophiques sur la matière et le mouvement( 1770) ;

Je ne sais en quel sens les philosophes ont supposé que la matière était indifférente au mouvement et au repos . Ce qu'ily a de bien certain ,c'est que tous les corps gravitent les uns sur les autres ,c'est que toutes les particules des corps gravitent les unes sur les autres ,c'est que,dans cet univers ,tout est en translation ou in nisu,ou en translation et in nesu à la fois .Cette supposition

D CL mon ouvrage ; Matérialismes et Lumières . Philosophies de Ia vie autour de Diderot et de quelques autres ,Paris ,Honoré Champion ,2009 .

® Voir aussi l' ouvrage remarquable d' A . Vartanian, Diderot and Descartes .A Study of Scien«fc Naturalism in the Enhghtenmens , Princeton , University Press ,1951

(21)

tf $-tι 1 k$Ì^7 áh 18

* riX

69

des philosophes ressemble peut-être à celle des géomètres qui admettent des points sans aucune dimension,des lignes sans largeur ni profondeur,des

sur-faces sans épaisseur ; ou peut-être parlent-ils du repos relatif d'une masse à

une autre .Tout est dans un repos relatif en un vaisseau battu par la tempête .

Rien n 'yest en un repos absolu, pas même les molécules agrégatives, ni du vaisseau ni des corps qu'il renfermeEl .

Ce corpuscularísme matérialiste renouvelle 1' atomisme ancien à la lumière des nouvelles sciences physico-mathématiques de la nature et ouvre à une concep-tion différente du cosmos, de l' «ordre» universel . En fait, le deuxième point

caractéristique du matérialisme de Diderot, qui découle du premier, c' est 2/ le monisme ontologique ,c .-à-d .une conception de la nature( la nature humaine aussi)

et du cosmos comme un tout-un,un«Grand Tout»vivant,où ilest impossible de

dis-tinguer, à la manière de Descartes, entre une « chose étendue » ( res extensa ) , la matière inerte , passive et indifférenciée , domaine du monde de la nature physique,

y compris les êtres brutes,et une«chose pensante»( res cogitaras) ,1' esprit humain, domaine de l' immatériel, du spirituel et, en dernière instance, de la liberté de la volonté . Suivant la leçon de Spinoza et du « spinozisme » de son siècle©, Diderot considère l' homme comme un être naturel parmi les autres , dont la liberté dépend des mêmes lois universelles de la nature physique .Dans ce monde,et dans l'univers

entier,il n'y a que de la matière, conçue comme quelque chose de non-inerte, de

dynamique,d' énergétique et d'hétérogène,en mutation perpétuelle . Diderot 1'

af-firme en plusieurs endroits de son oeuvr, par exemple dans Le Rêve de D' Ale-mbert

Suite indéfinie d' animalcules dans l' atome qui fermente, même suite indéfinie d' animalcules dans l' autre atome qu' on appelle la Terre.Qui sait

K1 D . Diderot ,Prtncipesphilosophiquessur 1a maSre et 1emouvement ,dans Œavresphilosophiques,

ed . par P . Vemiére, Paris ,gemier,1990, p. 393 .

© Cf.P.Vernière,Spinozaetia pensée fτanØώeavantiaRétolution,Paris,PUF . ,1954 ;J .1 .Ismel,

Les Lumières radieales.La phdosophie,Spímzaet 7anaissanceдla rnodernité(1650-1750), trad .fr.par

(22)

-

=

д

2014( 3 )

les races d' animaux qui nous ont précédés`+ qui sait les races d' animaux qui

succéderont aux n tres? Tout change , tout passe,íl n' y a que le tout qui

reste .IM monde commence et finit sans cesse ; il est à chaque instant à son commencement et à sa fin ;il n' en a jamais eu d' autre, et n' en aura jamais

d' autre .Dans cet immense océan de matière,pas une molécule qui ressemble à une molécule, pas une molécule qui ressemble à elle-même un instant ; Rerum novas nasciturordo1D, voilà son inscription éternelle . . .»Puis il ajoutait

en soupirant ; «O vanité de nos pensées! ő pauvreté de la gloire et de nos tra-vaux! misère! petitesse de nos vues! I1 n' y a rien de solide que de

boire , manger , vivre , aimer et dormir .. .©

Cette position ontologique prépare le terrain à un troisième point caractéristique du matérialisme de Diderot ;3/ lemonisme méthodologique .Dans l' investigation de

la nature et de l' homme,on doit pouvoir utiliser les mêmes instruments de recher-che,les mêmes outils méthodologiques pour tous les êtres dont l' investigation s'

occupe,à partir de l'homme,en premier. Cette position permet d' esquiver les in-terdits théologiques concernant la nature ( considérée immatérielle ) de l' me huma-mee,de l'esprit et du corps même,que le philosophe peut regarder avec le même aeil du médecin et du naturaliste . En effet, Diderot a été 1' un des intellectuels les plus attentifs au progrès des sciences biologico-médicales de son temps .

Un dernier point théorique , d ' importance essentielle , pour la définition de la philosophie matérialiste de Diderot est4/Le rejet des causesfinales .Il ne s' agit pas

d'un point de vue nouveau dans l' histoire des sciences et de la philosophie

na-turelle de l' époque moderne, mais il prend une nouvelle envergure dans le

contexte de réflexion original où Diderot b tit sa pensée . Seules les causes

mécaniques ou«effcientes»sont explicables et légitimes,pour les finalités de la

sci-ence,car elles se prêtent à la vérification expérimentale,à la répétition et au

contr le , dans des conditions données ,des phénomènes auxquels elles se rappor

c1 NdE,«Naîtun nouvel ordre des choses» .Phrase de Vírgile,souventreprise par les Épicuriens au 18'siècle.

(23)

λ 3 5 1 I'e7 ø

181

Ñ* 44 j X

71

tent .

Ainsi construite , cette philosophie matérialiste de la vie et du cosmos, trouve

bient t des retombées importantes dans d' autres domaines de l' expérience histo-ńque de 1' homme , sous la forme notamment;a)de 1' athéisme,i' anti-spiritualisme et la critique radicale des religions révélées ; b ) une critique des valeurs morales et

politiques liées à des valeurs métaphysiques et religieux de 1' Ancien Régime,qui

implique,en particulier,unethéorie de 1' imposture politique des religions ;c)L' af-firmation de 1' unité «matérielle»de la nature et,en son sein de la naturalité 1' homme ; d ) à partir de ces trois premiers points est dérivée une dernière position qui se définit par le nom de«fatalisme» ,qui est un nécessitarisme ou déterminisme

généralisé qui caractérise ce domaine unique du natureL D

L' issue de cette philosophie, dans son ensemble, est un genre de pensée critique de l' expérience de lanature et de l' histoire, qui prend en compte la figure de l' homme en tant que subjectivité matérielle-individuelle complexe, uni-totalité de

sentir-penser-agir ,dont il est toujours question, de façon transversale , dans l' oeuvre entière de DideroLll s' agit d' une figure nouvelle de 1a philosophie elle-même, qui monte sur la scène de la modernité,et qui concerne aussi la pensée critique de nos jours® .

3 .Les effets littéraires et artistiques

de la philosophie matérialiste

Cette constellation de problèmes qui hantent la philosophie de Diderot dès l'

wl o.R . Bloch, Matière à histoires, Paris, Win, 1997, Seconde Partie ; •De Cyrano à Marx », chap. 1 :«Du libertinage au matérialisme des Lumières », VII ; . Le matérialisme et la Révolution

française» , p . 321 : «Toutes ces caractéristiques n' excluent au reste nullement de sérieuses divisions in-temes à ce mouvement,comme celles du choix entre moralisme ou amoralisme,voire immoralisme,du

primat à donner à l' organisation ou à l' éducation - divisions qui ne sont au reste pas étrangères à la présente problématique» .

© le me permet de renvoyer à mon livre:La penséecritique de Diderot .Matérialisme , scienceet

(24)

72

$kflWìWì¢ •2014( 4 )

époque des Pensées philosophiques ( 1746 ) , se décline différemment dans les domaine de la littérature, de la critique d' art et de la politique . Prenons la littérature et les grands romans «destructeurs »,La Religieuse( 1759, posthume) et Jacques le fataliste et son mattre( 1773-1774, posthume) .

Le sujet philosophique du premier roman ,La Religieuse ,est la dichotomie con-trainte/liberté humaine ,la puissance du corps et le r le des sens dans ia constitu-tion de la personne ,notamment de la femme. La protagoniste ,la jeune Suzanne Si-monin,est contrainte de prendre 1' habit religieux par ses parents ;elle est fille na-turelle de sa mère ,fruit du péché ,donc indigne de participer du patrimoine de fa-mille et de ses affects .Son cauchemar personnel-qui était celui d' un grand nombre de jeunes filles de 1' ancien régime-commence par cette méconnaissance affective fondamentale .Son corps tout entier se révolte contre un choix injuste et jnhumain0 . La condition de religieuse est incompatible avec le caractère et le corps de la jeune femme .L' arrière plan philosophique matérialiste s' impose au nícenu primaire de la sensibilité ,celle-ci étant une propriété universelle et incoercible de Ia matière de l' univers, y compris l' homme et la femme surtout .La sensibilité de Suzanne s' in-surge contre la position de contrainte dans laquelle on prétend ht faire vivre .

La désobéissance de la religieuse envers la règle monastique est donc dictée par une impulsion matérielle de son corps et de sa sensibilité naturelle ,tout comme les forces qui régissent la cohésion des molécules ,dans un corps vivant ,ne peuvent jamais être contraintes à réaliser des actions qui ne leur soient pas naturellement propres . Ensuite, la violence des religieuses contre Suzanne rebelle, dans le couvent ,est à son tour le produit d'un dérèglement physique et physiologique qui

prend le nom moral de«préjugé»et«imposture» .Diderot le met en scène ;

et CLDidemt,La Rdtgicuse,dans OEuvres romanesques, éd .par H .Bénac, Paris . Carnier,1962, p .277 ;«J'avais pris de l' humidité ;j' étais dans une circonstance c lique ;j' avais tout le corps meurtri ; depuis plusieurs jours je n' avais pris que quelques gouttes d'eau avec un peu de pain .Je crus que cette persécution serait la dernière que j' aurais à souffrir .C' est par 1'effet momentané de ces sec-ousses violentes qui montrent combien la nature a de force dans les jeunes persomes,que je revins en très peu de temps ; et je trouvai, quand je reparus, toute ta communauté persuadée que j' avais été malade . . .» .

(25)

-II y a dans les communautés des têtes faibles ;e' est même le grand nom-bre : celles-là croyaient ce qu' on leur disait, n' osaient passer devait ma porte ,me voyaient dans leur imagination troublée avec une figure hideuse

,fai-saient le signe de la croix à ma rencontre ;et s' enfuyaient en criant : «Satan, éloignez-vous de moi! Mon Dieu, venez à mon secours . . .» Une des plus jeunes était au fond du corridor ,j'allais à elle ,et il n'y avait pas moyen de m' éviter ; la frayeur la plus terrible la prit . D' abord elle se tourna le visage contre le mur, marmottant d' une voix tremblante ; «Mon Dieu! mon Dieu! Jésus! Marie ! . . .»Cependant j' avançais ; quand elle me sentit près d' elle, elle se couvre le visage de ses deux mains de peur de me voir ,s'élance de mon c té ,se précipite avec violence entre mes bras, et s' écrie ; «A moi! à moi! miséricorde! je suis perdue! Saeur Sainte-Suzanne, ne me faites point de mal ;sreur Sainte-Suzanne ,ayez pitié de moi . . .» .Et en disant ces mots ,la voilà qui tombe renversée à moitié morte sur le carreau .On accourt à ses cris, on 1' emporte ;et je ne saurais vous dire comment cette aventure fut travestie ; on en fit 1' histoire la plus criminelle : on dit que le démon de 1' impureté s' était emparé de moi ; on me supposa des desseins, des actions que je n' ose nommer ,et des désirs bizarres auxquels on attribua le désordre évident dans lequel la jeune religieuse s' était trouvée . . .

Derrière la mise en scène de l' imposture se trouve le discours du pouvoir re-ligieux que Diderot démasque sans moyens termes, comme 1' affirme un passage riche d' éloquence et d' ironie dissimulatrice :

Ce fut alors que je sentis la supériorité de la religion chrétienne sur toutes les religions du monde ;quelle profonde sagesse il y avait dans ce que 1' aveugle philosophie appelle la folie de la croix . Dans 1' état où j' étais, de quoi m' aurait servi l' image d' un législateur heureux et comblé de gloire? Je voyais l' innocent ,le flanc percé , le front couronné d' épines ,les mains et les pieds percés de clous ,et expirant dans les souffrances ; et je me disais : «Voilà

(26)

7 4 ±W-ì#i 2014( )

mon Dieu,et j' ose me plaindre ! . . .»Je m' attachai à cette idee,et je sentis la consolation renaître dans mon coeur ; je connus la vanité de la vie, et je me trouvai trop heureuse de la perdre, avant que d' avoir eu le temps de multiplier mes fautes OE

La suite du roman décrit les avatars de cette déperdition des sens ,du corps et de l' esprit de Suzanne ,laquelle finalement connaîtra ,à travers la fuite du couvent, les désillusions du «monde» . Elle vivra cachée, dans une vie de solitude et de misère ,mais ,en même temps ,une vie de liberté de la contrainte.

Jacques le fataliste et son maîtrereprésente ,en revanche ,le miroir renversé de ce monde de contrainte et de non liberté . Roman-jeu, tel qu' il a été bien défni®O, comme le Trístam Shandy de L. Sterne ,sa source,Jacques est ,en quelque sorte ,i' expression antinarrative-positive de la vision matérialiste du cosmos de Diderot . Le hasard des rencontres, la première rencontre de Jacques avec son maître , avant tout,qui ouvre la narration®, la dénégation de l' illusion réaliste du roman clas-sique,les«amours de Jacques»etc .,ce sont des images et métaphores littéraires qui illustrent la structure chaotique, aléatoire et dépourvue de sens de l' univers matérialiste du philosophe ,tableau fidèle des événements de la vie en général ,et de la vie humaine en particulier .Le Rêve de d' Alembert 1' avait déjà affirmé : «Et re-marquez qu' il n' y a dans le commerce des hommes que des bruits et des ac-tions . . . » , et tout ce qui est de 1' ordre du sens c' est construit, c' est-à-dire

arbi-OO Lui,p .301 .

® Cf .M .Kur.dera,Jacques et son mattre.Hommage à Den&s Dùkrot,dam Œinre,vo

567-573 : «Quand la pesante irrationalité russe est tombée sur mon pays J' ai éprouvé un be-soin instinctif de respirer fortement l' esprit des Temps modernes occidentaux . Et il me semblait n' être concentré avec une telle densité nulle part autant que dans ce festin d' intelligence ,d' humour et de £an-taísie qu' est Jacques k fataliste»( p .565) .

®3 Cf. Diderot,Jacgztn k fataliste et son makre,dans OEuvres romanesques cit . p .493t« Comment s' étaient-ils rencontrés? Par hasard, comme lout le monde. Comment s' appelaient-ils? Que vous im-porte? D' où venaient-ils? Du lieu le plus prochain .Dù allaient-ils? Est-ce que l' on sait où 1' on va? Que disaient-ils? Le mattre ne disait rien ;et Jacques disait que son capitaine disait que tout ce qui nous arrive de bien et de mal ici-bas était écrit là-haut . . .» .

(27)

$ 5#1ØÍP7ï 61118 t

)C

75

traire , conventionnel , «politique» .

Jacques le fataliste,en fait ,n' as pas un«sens »,à savoir l' histoire de ce qui «se passe »dans le roman n' as pas une direction de signification narrative précise,

ce qu' on appelle une «trame» .11 y a des «vecteurs d' immersion fctionnelle» 10 ou bien des occasions de récit qui saisissent l' attention du lecteur et l' entraînent dans la fiction ; il y a aussi deux personnages, Jacques, le valet, et son maître qui sont en voyage vers 1' on ne sait pas où précisément ( ou-topie démasquée ) ; le maître a«certaines affaires»à régler, l' on ne sait pas quand ni lesquelles ( ou-chronie délibérée) ,son valet le suit ,voire il le mène quelque part . . . .Comme l' ont bien remarqué déjà les premiers lecteurs, à 1' époque de Diderot, c' est bien Jacques qui mène et conduit son patron ,c' est lui le«maître»de son maître . . . C' est bien de la dialectique maître-valet® .

Ils rencontrent en chemin plusieurs figures , types , personnages ,lieux surtout,

où «se passe quelque chose», mais quoi exactement? Rien de singulier, ni d' étonnant des simples historiettes qui c toient la vie de Jacques et de son maître .L' «essentiel»est toujours ailleurs ,invisible ,insaisissable et ,en fin de compte ,inexis-tant ,comme toutes les actions inscrites dans«le grand rouleau où tout est écrit» ,qui

apparaît au début et à la fin du roman ,comme une clé ironique pour déceler le non-sens de toute existence humaine.

cl CiD. Diderot,Cmaes et romans, éd . sous la direction de M . Deton, Pans , Gallimard, 2004,

p . 1184.

© Cf .G .W . F . Hegel,Wer denkt abstrakt? ( 1807),dans Werke,Band 2, Frankfurt a . M . ,1979, pp.574-581 : .Der vornehme Mann ist familiär mit dem Bedienten ,der Franzose sogar gut Freund mit ihm ;dieser führt ,wenn sie allein sind ,das große Wort , mail sehe DiderotJacqueset son mattre,der Hen

tut nichts als Prisen-Tabak nehmen und nach der Ohr sehen und 1Øt den Bedienten in allem brigen gewähren .Der vornehme Mann weiß ,daß der Bediente nicht nur Bedienter ist,sondern auch die Stadt-neuigkeiten weíß,die Mädchen kennt,gute Anschläge im Kopfe hager fragt ihn darüber und der

Bedi-ente darf sagen ,was er aber das weiß ,worüber der Prinzipial fmg .Beim franz sischen Herrn darf der Be-diente nicht nur dies, sondern auch die Materie aufs Tapet bringen, seine Meinung haben und behaupt-en ,und wbehaupt-enn der Herr etwas will ,so geht es nicht mit Befehl ,sondern er muß dem Bedibehaupt-entbehaupt-en zuerst seine Meinung einräsonieren und ihm ein gutes Wort danim geben, daß seine Meinung die Oberhand

behält» .

(28)

7 6 Ø . 2014(4)

Ce non-sens du monde ,devant lequel i' homme a précisément le devoir» de répondre par l' attribution ( arbitraire) d' un sens, est le précipité narratif de la vision matérialiste du cosmos de Diderot,un«ordre»fictif, composé de matière en perpétuelle transformation, vide de providence et de finalité établis . L' effet de

désorientation que Jacques le fataliste produit sur le lecteu~,est un effet non seule-ment voulu ,cherché par Diderot,niais il constitue la conséquence la plus cohérente de la conception complexe de son monisme ontologique et méthodologique dont on a parlé ci-dessus( § 2) .Et c' est l' effet aussi de son rejet des «causes fmnales»et de son«corpuseularisme» : les individus humains sont finalement comme les parti-cules des Principes philosophiques sur la matière et le mouvemeru ; elles «gravitent les unes sur les autres »,sans finalité ,sans une direction de sens établie ,poussées uniquement par leur force vitale d' attraction et de répulsion et par leur énergie de translation et de nisus, la force de cohésion, d' équilibre et de résistance dont parlait Leibniz dans son Traitéde dynamique(1690) et que Diderot reprend à son compte, pour expliquer l' une des formes d' action des éléments constitutifs de son univers matérialiste .

Toute action est guidée par uneforce et contenue/recueillie dans une forme .Le tout qui en résulte est dynamique ,se transforme et s' évolue sans cesse .Jacques et son maître donnent corps et figure narrative à cette proposition fondamentale de la philosophie matérialiste de Diderot . Le type du roman-jeu , celui qui régit aussi la structure d'un autre chef-d'oeuvre,Le Neveu de Rameau ,plonge ses racines dans ces fondements philosophiques articulés dans les grands textes de jeunesse, de la

Lettre sur les aveugles(1749) ,passant par les Pensées sur 1' interprétation de la

na-ture( 1753 ) , jusqu' aux ouvrages ( posthumes) de la maturité ; Le RØ de D' Alembert ( 1769 ) , les Éléments de physiologie ( 1772-1782 posthumes ) O et les

Principes philosophiques de 1770,cités ,contemporains du Système de la nature de

1~ Cf.D . Diderot, Elements de physiologie . Suívís d' un Autographe sur la physiologie et du Maauscńt de Pétersborwg, texte établi, présenté et commenté par P . Quintiil , Paris, Honoré Champion, 2lØ .

(29)

;*I 1 411 18jç2,flj3.

7 7

l'amí et compagnon de mute ,le baron D' HOIbach .®

4 .Conclusion .Le matérialisme de Diderot comme«problème»

La même espèce d' analyse, sur les retombées artistiques du matérialisme de Diderot , pourrait être menée dans le domaine de la critique d' art et du thé tre, jusqu' à la politique©. Or, cette philosophie matérialiste, sans laquelle on ne com-prendrait rien du reste de la production intellectuelle de Diderot,ne cesse de faire problème, encore aujourd ' hui, pour les historiens « officiels » de la pensée occidentale .Pourquoi?

Comme 1' a bien remarqué un éminent spécialiste de 1' histoire du matérialisme, ce courant hétérodoxe de la pensée occidentale a«appartenu »,pendant des siècles, «d' abord au discours de 1' autre ( . . . ) . Matérialistes et matérialisme sont ici nommés par 1' adversaire ,quand du moins le nom existe ;et avant qu' il exist t , c' est par un adversaire comme Platon qu' étaient désignés d' autre façon ceux que nous appelons ainsi aujourd'hui .Dans tous les cas,cette désignation est bien celle d' un adversaire» . Diderot lui-même, en effet, ne s' est jamais auto-défini un «matérialiste», même si 1' ensemble de sa réflexion constitue l' un des points de repère du«discours matérialiste»®du siècle des Lumières .

Ce discours matérialiste qui traverse ,dans notre cas ,la philosophie de la vie de Diderot,met en cause une rupture profonde au sein de la pensée occidentale

• Sur les importartes relations et analogies entre les philosophies matérialistes de Diderot et D' Holbach,voir :Ch.Avezac-Lavígne,Diderot et Ia société du baron d' Holbach .Étude sur k XVIH` siècle (1713-1789) , Paris, SlaŒine,?A13 L1875' ] ; É .Callot,Ia philosophie de la oie au XVIIIe siècle ,fludi4e chez Fontenelle,Montesquíeu,Maupenuis,La Mettrie,Dlà ' Holbach,Lénné,Paris,M .Rivière & Cie,

1965 ; P .Naville,D ' Halbach et la philosophie scientifique au XVHr siède, Paris ,Gallimard,1967 . • Une tentative d' exploration ,en ee sens, est dans mon livre ;La pensée erithue de Diderot cit ., Partie 11( «Le philosophe de la complexité») , Deuxième section( «De la jouissance crítíque .Le jugement de goût et i' économie politique») .

30 O .Block,Lematérialisme,Pasfis,Gallinmrd(coll .«Que sais-je?») ,1995',p.8 . •

(30)

78

ìšt=$ ~• ,® .* . 2014(4)

moderne , telle qu' elle s' est dessinée dès l' époque de Descartes jusqu' à nous .Au moment même où viennent se constituer le cogito et l' ego, concepts -clés

«fonda-teurs »de la philosophie moderne et contemporaine de la libre subjectivité de l' indi-vidu(et constitutive du monde de la nature) ,les héritiers de Démocríte et d' Epi-cure réaffirment , avec courage ,le primat de la nature et de la matière sur l' esprit, primat de 1' être ( réel, matériel, biologique ) sur la pensée . Ce qui implique aussi la mise en cause fondamentale de la notion métaphysique de«liberté» ;1' homme n' est pas«libre»de soi . . . Comme l' a affirmé O .Bloch, «le matérialisme est ici la thèse selon laquelle ' l' unité réelle du monde consiste en sa matérialité' (

Engels,Anti-Dihring, I,4) ( . . . ) la conception matérialiste de 1a nature ne signifiant ' rien d' au-tre qu'une simple intelligence de la nature telle qu'elle se présente ,sans adjonc-tion étrangère' ( Engels, fragment retranché du L .Feuerbach) » .T

De cette « intelligence sans adjonction » s ' agit bien dans la philosophie matérialiste de Diderot .Avec son caractère de variété de style et de formes d' ex-pression, miroir de sa propre complexité, elle fait encore problème, dérange et déroute, en quelque sorte, les philosophies idéalistes contemporaines de la subjectivité ( ontologie, phénoménologie, herméneutique, certains courants de la psychanalyse ) qui se passent bien d' un sujet biologique et matériel,dont le « tran-scendantal»constitutif appartient à la nature, comme tous les autres ětres .®Malgré

T Lui,p.13 .

® A propos de ce .transcendantal matérialiste» ,voir mon livre ; La prisée critique de Diderot cit .,

Lntro action, § 4 :«Le 'regard second' de la criuque .Un transcendantal maté ri aliste» ,p.22 z « a phi-losophie de Diderot-en tant que première ,en tant que matérialiste ,avant Kant-a été cette enquête de la pensée sur etdansla pensée elle-měme, oà le sujet biologique pensant est impliqué comme 1' élément fondateur du processus cognitif . Ce sujet-démiurge construit le processus d' universalisation de son expérience à travers I' action de son double regard, il cherche ses conditions empiriques d' action, du faire ,du savoir ,du sentir ,sur leur terrain d' unification possible dans 1' expérience elle-méme .C' est là, sur ce terrain aperceptif, que surgissent les nouvelles nouons problématiques de ' système' et d' ' individualité' , pour une philosophie matérialiste à la recherche d' elle-même . Le pensant ( agissant, sentant) ,chez Diderot, cherche et donne une légitimation de soi dans ( et par) le connaître dans le monde du finí empirique , reconnu en tant que tel,dans son ensemble ,comme un fini déterminé par les lois de la nature et de la matière» .

(31)

-€~ 5 ι iy7

ι8 fl #ń ±$

79

les progrès dans la connaissance des textes et des oeuvres, la philosophie

matérialiste de Diderot-force est de le constater, à l' occasion du tricentenaire de sa naissance-,a encore du mal à s' affirmercomme un«classique», au niveau universi-taire , dans les facultés de Philosophie en Occident .Un regarddifférent , peut-être,se présente dans des contextes extra-européens, comme le Japon et la Chine,qui vien-nent de redécouvrir le c té«oriental»de la pensée de DiderotOE " Nous attendrons et travaillerons .Et,comme le dit Le Neveu de Rameau,en conclusion , «rirabien qui rira le demier»© .

Rome,le 31 janvier 2Q14

et Cf.H .Nakagawa,Des Lumières et du romparothme.Un regard japonais sur 4 Xt71F síède, Paris, PUF,1992 ; ID (éd .) , Diderot, le XFLI ' siècle en Europe et au Japon, Actes du colloque franco-japonais , Université de Kyoto (19-23 novembre 1984) , Nagoya, Centre Kawai pour la culture et Ia pédagogie,Paris, J .Toumς 1988 ;voír aussi l' article de Diderot«ASIATIQUES .Pńílosophiedes Asiwiques erzgénéral»,dans l'Encyclopédie, vol .I,pp. 752a-755a , oùl' on découvre la métaphore célèbre du dieu

des Orientaux comme«1' araignée dans sa toile»,que Diderot reprend dans LeRêve de D'Aksninn. © Diderot , Le Neveu de Rameau , dans ffuvres romanesques cit .,pÁ92 .

Riferimenti

Documenti correlati

To test these hypotheses, the current investigation examined the relations among the appraisals, emotions and emotion regulation strategies of youths preparing for their high

Ma, quel che mi preme rilevare è che se ci soffermiamo, secondo l’interpretazione transindividuale, sulla risposta marxiana alla questione antropologica –

Domande e Risposte Aperitivo in terrazza 14.00 - 14.30 14.30 - 15.00 15.00 - 16.00 16.00 - 16.45 16.45 - 17.30 17.30 - 18.15 18.15 - 18.30. La gestione dell’appalto

In generale, se si eccettua la documentazione su Montosolo inserita negli ultimi due decenni del Duecento, si può notare che dal Libro Rosso non traspaiono pratiche

The vibra- tional and photophysical properties of 4 were studied by experi- mental and theoretical IR- and Raman spectra as well as by ultrafast transient absorption

64 Wang Xin, Chen Taixiu, Bumingzhengxiang mai xia “xiongzhai” fayuan yi mai fang qizha weiyou chexiao goufang hetong (Inconsapevole della verità compra una casa infestata.

Assessment of the ability of wheelchair subjects with spinal cord injury to perform a specific protocol of shoulder training: a pilot study need to be placed 2 meters in front of

de São Paulo (FAPESP); National Natural Science Foundation of China (NSFC), the Chinese Ministry of Education (CMOE) and the Ministry of Science and Technology of China (MSTC);