Centro sociale A.07 n.32-33. Numero internazionale

230  Download (0)

Testo completo

(1)
(2)

Centro Sociale

in ch ieste sociali - servizio so ciale di gru p p o ed u cazion e degli ad u lti - sviluppo d ella co m u n ità a. V II - n. 32-33, 1960 - un numero L. 400 - abbonamento a 6 fascicoli e allegati L. 2.200 - estero L. 4.000 - spedizione in abbonamento postale gruppo IV - c. c. postale n. 1/20100 - Direzione Redazione Ammini­ strazione: piazza Cavalieri di Malta, 2 - Roma - telefono 593.455. Periodico bimestrale redatto a cura del Centro Educazione Professionale Assistenti Sociali sotto gli auspici dell’UNRRA CASAS Prima Giunta.

Comitato di direzione: Achille Ardigò, Vanna Casara, Giorgio Molino, Ludovico Quaroni, Giovanni Spagnolli, Paolo Volponi, Angela Zucconi.

Direttore responsabile: Anna Maria Levi

E D IZ I O N E l.V I'E H K A Z I O N A L E

esce due volte all’anno a cura di Albert Meister e sotto gli auspici della

International Federation of Settlements and Neighbourhood Centres. Al­ l’estero la rivista è diffusa sotto il titolo di International Review of Com­ munity Development.

COMITATO D I DIREZION E D ELL’EDIZIONE INTERNAZIONALE Sorbonne, Ecole des Hautes Etudes, Paris

University of Saskatchewan Società Umanitaria, Milano Association des Maires de France Community Development Clearing House, London University Institut de Sociologie, Université de Liège Sorbonne, Ecole des Hautes Etudes, Paris Centre National de la Recherche Scientifique, Paris University of Michigan University of Arkansas Verband Deutscher Nachbarschaftsheime Dansk Settlement Samvirke, Copenhagen Université d’Utrecht School of Social Work, Driebergen Boston University G. Balandier W. Baker R. Bauer R. Berrurier E. Clunies-Ross R. Clemens H. Desroche J . Dumazedier A. Dunham F. Friedmann M. Kelber O. Krabbe E. Lopes Cardozo C. Louwerse J . McDowell

M. Margot Noblemaire Fédération française des Centres Sociaux, Paris M. Meirelles Serviço Social do Comercio, Rio de Janeiro F. S. Milligan National Federation of Community Associations, London L. Miniclier International Coopération Administration, Washington R. Nisbct University of California A. Olivetti Movimento Comunità, Ivrea

E. Pusic Université de Zagreb

J . C. Ramchandani Development Commissioner, Delhi State Government C. Pelizzi Università di Firenze P. Rock Ministère de l’Instruction publique, Bruxelles B. Rodgers University of Manchester M. G. Ross University of Toronto

H. Schelsky Universität Hamburg

M. Smith London Council of Social Service J . Spencer University of Bristol P. Volponi Rivista « Centro Sociale », Roma E. de Vries Institute of Social Studies, The Hague

A. Zucconi CEPAS, Roma

Manoscritti, pubblicazioni per recensione, notizie, informazioni riguardanti l’edi­ zione intemazionale devono essere indirizzati al Direttore, piazza Cavalieri di Malta, 2 - Roma

(3)

Presentazione

A. MEISTER A driano O l i v e t t i ...

L T. SANDERS T eo rie dello sviluppo c o m u n i t a r i o ...

A. DUNHAM T h e Outlook for Com m unity Developm ent - A n Inter- national S y m p o s i u m ...

L. M. MINICLIER V alo ri e principi dello sviluppo c o m u n ita rio ...

A. PHILIP D ém ocratie et c o m m u n a u té ...

R. A. NISBET M o ral V alues and C o m m u n ity ...

E. de VRIES Sviluppo com unitario e sviluppo g e n e r a le ...

K. D. BENNE Ideas and C o m m u n itie s ...

M. G. ROSS L a partecipazione c o m u n ita r ia ...

J. DUMAZEDIER Planification et f o r m a t i o n ...

J. D. MEZIROW Com m unity Developm ent as an E ducational Process .

L. GALLINO Conoscenze sociologiche, pianificazione urbanistica delle

com unità e progresso e c o n o m ic o ...

E. PUSIC Basic principles o f Com m unity Developm ent in

Yugos-F. S. MILLIGAN Com m unity Developm ent in the U rban Neighbourhood

M. E. OPLER Organizzazione politica e sviluppo economico nell In d ia

(4)

uni-apiara

+ e 61 E£ £3

va

VV IP 06 1SI cSI • V £ I iei l VI VVI 6 6 1

lss

... anobeinazai'I ... iiiovilO onfiiibA

... .... . ohxdiiujmo:) oqquliva ollob o'n<x>l -T jtiil nA - Jnoniqol'jyjCl viinum m oO lo l Jo o Iiu O arfT

... rnuiaoqmyS Isnoiien

... onEiiniJxnoo oqquiiva o lb b iq b n h q 3 h o ls V

... ■ hiustuim m oy is •obsrXMnWI y ... ynnummoO Jbas eouieV. Ie i oM ... slB isnsg oqqulivz 3 o hciinu m o s oqqi/Iivg

...asilimjnnmdO bnc sssb l

... EnElimnnoo snoixEqiyjiiBq bJ ... noiiErrnol is nofiKitlinf.!1!

. 883301*1 iBnoriSDuba rtB 8E im rnqoIsvaG ninijrnrnoO

slfeb BoiizinBchu anoisBoriiiiEiq ,3ri3igolobo8 axnapeonoO ...ODimonooa oegsigoiq a jibnuruoa

-ioguY ni inarnqobvofl yiintnrmioD 'io zalqbn n q okeS ... ... bIv bI boofhuodrfgbK nEchU aril ni IromqoIavaCI vliiiumrnoO

fiib n r ib n oairnonoDS oqqulivz 3 Eaiiiloq snoisnssirtEgiO

-inumoa dqquliva lb Bneibni BSnshaqss'Ifo'b anoisBiuIfiV ... . oilEi aaTeiawi .a ssaa/tA a .t a MAHVIUa .A H31JDIKIM .M ..I a i n f f l .A T388IM .A .3 83I3V ab .3 a m a a

.a

.a 8 8 0 3 -O .M a a ia a s A M u a .1 W 0HIS3M .a .1 owuliao . i 3181J3 .3 WADLIJQM .8 .3 3 3 3 3 0 .3 .M 8 3 3 3 3 .W .H

(5)

Theories and values

N. 5 1960 CONTENTS SO M M A IR E INDICE In trod u ction ... 3 English Introduction 3 Presentazione italiana 4

A. MEISTER Adriano O l iv e t t i... 5

I. X. SANDERS Teorie dello sviluppo c o m u n ita r io ... 19

A. DUNHAM The Outlook for Community Development - An Inter­

national S y m p o s iu m ... 33

L. M. MINICLIER Values and Principles o f Community Development . 57

Riassunto italiano 63

A. PHILIP Démocratie et co m m u n a u té... 67

R. A. NISHET Moral Values and Community ... 77

E. de VRIES Community Development and D evelopm ent... 87

Riassunto italiano 95

K. D. BENNE Ideas and Com m unities... 99

M. G. ROSS Community P a rticip a tio n ...107 Riassunto italiano 121

J. DUMAZEDIER Planification et fo r m a tio n ... 125

J. D. MEZIROW Community Development as an Educational Process. 137

L. GALLINO Conoscenze sociologiche, pianificazione urbanistica delle comunità e progresso e c o n o m ic o ...151 English Abstract 163

E. PUSIC Basic principles o f Community Development in Yugos­

lavia ... 171

F. S. MILLIGAN Community Development in the Urban Neighbourhood 177

M. E. OPLER Political Organization and Economie Growth - The Case

o f Village I n d i a ...187 Riassunto italiano 199

H. W. BEERS Evaluation in Community Development - The Indian

E xperience...203 Riassunto italiano 221

(6)
(7)

Introduction

En inspirant et soutenant cette revue Adriano Olivetti désirait susciter un mouvement d’idées et d’expériences dans le domaine du développement des collectivités. Mais il visait plus loin: la revue aurait dû avec le temps proposer des rencontres, des réunions, des confrontations entre animateurs, sociologues, techniciens du développement des collectivités de tous les pays. Il désirait que COMMUNITY DEVELOPMENT devienne un trait d’union et un instru­ ment de travail pour des hommes de formations, d’origines, d’activités très dif­ férentes, mais tous à la recherche de modes de vie meilleurs et plus justes. Dans les nombreuses revues qu’il avait inspirées et aidées — qu’elles soient d’architecture, d’organisation scientifique du travail, de travail social, d’ur­ banisme, d’art contemporain —, dans le choix des ouvrages à publier par sa maison d’édition, dans le choix de ses amis et de ses collaborateurs, toujours il cherchait à regrouper des efforts apparemment opposés mais dont il entre­ voyait l’unité profonde, jamais il n’imposait ses idées ou ses directives. Il voulait être le premier à respecter la loi de cette société future qu’il désirait plus libre, plus unie, plus humaine.

En continuant COMMUNITY DEVELOPMENT, c’est à cette pensée que nous entendons être fidèles.

Adriano Olivetti inspired and helped to create this Review. In so doing, his first aim was to give impetus to world-wide critical exchange of ideas and experiences in the field of community development. But his ambition had a far wider range. In time the Review woidd have adopted a program of meetings, conferences and seminars in which lay community leaders, sociologists and professionally trained community workers from every country would have been given the opportunity for the intimate, face-to-face contacts which create the only firm foundation for an effective movement. He saw COMMUNITY DEVELOPMENT as eventually becoming an instrument through which, or by means of which, human beings of very different origins, different points of view and different techniques of working woidd becom e aware of the ties which bound them together in their common search for better and more fust ways of living for mankind.

In the numerous reviews which he inspired of helped to maintainwhether in architecture, scientific management, social work, town-planning, or con­ temporary artin the choice of books for his publishing-house as in the

(8)

4 PRESENTAZIONE choice of his friends and collaborators, always he sought to align viewpoints which, although superficially opjyosed, he discerned as expressions of inherent unity at a more profound level. Yet he never attempted to impose on his col­ laborators his own ideas or directives; he wished to be the first to respect the law of that society of the future of which he dreamedone free and united and more truly human than our own.

In carrying forward COMMUNITY DEVELOPMENT, it is to these great aspirations that we dedicate our efforts.

Nell’ispirare e nell’aiutare questa rivista, Adriano Olivetti desiderava susci­ tare un movimento di confronto di idee e di esperienze nel campo dello svilup­ po delle comunità. Ma il suo intento era più ambizioso, e la rivista avrebbe dovuto, in seguito, proporre incontri, riunioni, seminari fra animatori, socio­ logi, tecnici dello sviluppo delle comunità di tutti i paesi. Era infatti suo desi­ derio che COMMUNITY DEVELOPMENT diventasse un legame e uno stru­ mento di lavoro per uomini di formazione, di origini, di attività diverse, ma tutti alla ricerca di modi di vita migliori e più giusti.

Nelle numerose riviste che aveva ispirato e aiutato — sia di architettura che di organizzazione scientifica del lavoro, di lavoro sociale che di urbanistica o di arte contemporanea —, nella scelta delle opere pubblicate dalla sua casa editrice, nella scelta degli amici e dei collaboratori, mirava sempre a far con­ vergere sforzi in apparenza opposti, ma dei quali egli vedeva l’intima unità, senza mai imporre agli altri le proprie idee o le proprie direttive. Voleva esse­ re il primo a rispettare la legge di questa società futura, che sperava più libera, più unita, più umana.

Nel continuare COMMUNITY DEVELOPMENT è a questo pensiero che ci proponiamo di essere fedeli.

(9)

J ’avais eu le privilège d’accompagner Adriano Olivetti au congrès de la Fédération Internationale des Centres de voisinage à Berlin en 1956. Son discours, sa profession de foi, avait été bien accueillie.

Nous étions heureux, soulagés même, de l’avoir entendu parler des buts ultimes de notre action et de notre recherche. Aucun de nous — peut- être par peur de paraître sentimental, ou simpliste, ou je ne sais quoi encore — , aucun de nous n’avait osé parler de cette société plus juste, plus libre, plus belle, plus fraternelle dont pourtant nous rêvons et que nous cherchons à faire naître. Mais il répugnait à donner des exemples, à ternir sa vision. Il laissait à d’autres la description de ses efforts (les références aux tâches et aux activités concrètes de Comunità sont rares dans son oeuvre écrite et dans ses discours). Il connaissait bien les limites des réalisations de Comunità et il souffrait de leur faiblesse. Il avait pourtant tout conçu lui-même et seul il sentait l’unité, la convergence de toutes ces créations. Ses collaborateurs de la découvraient qu’ensuite, peu à peu, et il me semble même que les observateurs étrangers aient souvent mieux su dégager le dessein final que ses proches, occupés jour après jour à faire fonctionner les institutions de ce qui devrait devenir un jour la Communauté du Canavese.

C’est surtout à partir de 1954-55 que se dégagent les caractères de cette Communauté. D éjà auparavant des centres communautaires avaient été créés dans les villages du Canavese (il y en a une soixantaine aujourd’hui), un plan de développement de la ville d’Ivrée et des communes avoisi­ nantes avait été mis sur pieds, le mouvement Comunità possédait sa revue et sa maison d’édition. En 1954, un institut pour le développement économique du Canavese est fondé; il a pu donner depuis des emplois à plus de trois cents personnes dans huit usines et ateliers, créés dans les villages. Plusieurs coopératives agricoles ont réussi à voir le jour grâce à l’aide technique des animateurs du Mouvement. Sur le plan communal, la Ligue des communes, fondée en 1956, regroupe aujourd’hui la majo­ rité des 118 communes du Canavese et dispense une aide administrative et technique. Enfin des groupes syndicaux sont actifs dans plusieurs usines de la région.

Les activités communautaires se sont développées en réponse aux con­ tradictions de la vie industrielle, si bien que l’on peut affirmer que le M ovim ento Comunità est né de la réflexion d’un grand industriel sur les conditions de l’aliénation de l’homme dans nos civilisations modernes.

(10)

6 ALBERT M EISTER

Adriano Olivetti était né en 1901 à Ivrée où son père avait fondé en 1908 la célèbre fabrique de machines à écrire. E lle compte aujourd’hui près de 15.000 employés et ouvriers dans toute l’Italie. En 1925, après des études d’ingénieur, Adriano Olivetti part aux Etats-Unis dans le but d’étudier les méthodes d’organisation industrielle et surtout « d’en voir le reflet d a m le dom aine adm inistratif et politique ».

Très tôt, à son retour à l’usine d’Ivrée, il est appelé à sortir du champ restreint de la technique pour entrer dans celui des rapports humains. Les services sociaux de la fabrique naissent les uns après les autres : service d’assistance sanitaire, maison de repos, infirmerie d’usine, jardin d’enfants, extension à de nombreux villages d’un système autonome de transports par autocars, création d’une école d’enseignement profession­ nel pour mécaniciens et dessinateurs avec dotations de bourses d’études supérieures, fondation d’une bibliothèque, etc.

Mais Olivetti voulait surtout enlever tout caractère paternaliste à ces services sociaux et a réussi à les rendre autonomes vis-à-vis de la fabrique elle-même grâce à un budget spécial géré par le comité d’entreprise. « L e service social a une fonction d e solidarité. C haque travailleur con­ tribue à la vie d e l’usine et donc des organism es qui y sont institués; il pourra donc profiter des organism es d’assistance et en réclam er les pres-tatiom sa m q u e celles-ci revêtent le caractère d’une concession person­ nelle a son egard. Alors qu e le droit d e profiter des services sociaux est le m êm e pour tous, l’utilisation effectiv e d e ces services est déterm inée par rapport aux conditiom et exigences particulières d e chacun, ces dernières étant autant q u e possible constatées objectivem en t et devant progressivem ent être réglem en tées à l’avance.

Pourtant, — et c ’est par là que son expérience va beaucoup plus loin que celle d’un ordinaire « patron social » — Olivetti devait très rapide­ ment réaliser que tout problème d’usine déborde l’entreprise et qu’il aurait fallu pouvoir coordonner à la fois les politiques sociales de plu­ sieurs entreprises et les mesures d’assistance des communes. « Si j’avais pu dém ontrer qu e la fab riq u e était un bien com m un et non pas un inté­ rêt prive, les transferts d e propriété, les p lam d’urbanisme, les audacieu­ ses expériences sociales d e décentralisation du travail, etc. auraient été justifies. L e m oyen existait mais il n’était pas entre m es m aim : il fallait créer une autorité juste et hum aine qui sache concilier toutes ces ini­ tiatives d a m l’intérêt d e tous. C ette autorité, pour être efficien te, aurait dû être investie d e grands pouvoirs écon om iqu es; en d’autres termes, elle aurait dû réaliser dans l’intérêt d e tous ce qu e je faisais d a m l’intérêt d e la fabriqu e. Il n’y avait qu’une solution: rendre économ iquem ent

(11)

soli-daires la fabriqu e et le milieu dans lequ el elle se situe. C’est com m e cela qu est n ée l’id ée d e la Com m unauté ».

Deux ans d’exil en Suisse durant la guerre permettent à Adriano Olivetti de penser plus intensément cette Communauté, d’en prévoir les organes constitutifs, la réglementation du pouvoir, le contrôle démocratique. En 1945 il publie L ’ordine político délia Comunità et trois ans plus tard il fonde le Movimento Comunità. En 1952 un autre ouvrage est livré au public: Société Stato Comunità. Quelques mois avant sa mort il publie un recueil d’articles et de discours sous le titre L a Città dell’Uomo. Pour Olivetti « la m esure hum aine d ’une Com m unauté est définie par les possibilités lim itées d e contacts sociaux pour la personne. Un organisme est harmonieux et efficien t seulem ent quand les hom m es qui sont pré­ posés à ses diverses fonctions peuvent les rem plir par des contacts directs. Dans une Com munauté, tous les problèm es dem eurent dans des limites sim ples et facilem en t contrôlables: la création d’un cham p expérim ental d e culture, l’organisation d’un atelier autonom e dans une fabriqu e, la création d’une clinique pour enfants, la m ise en train d’un chantier de travaux publics, l’étu d e d’un architecte ou d’un peintre; tout cela est possible par d es m oyens humains ou naturels ».

La Communauté doit être un instrument d’unité et d’équilibre, de récon­ ciliation des forces qui troublent l’ordre social : « dissociation entre T éthiqu e et la culture et entre la culture et la technique; conflit entre ïindividu et l’E tat; déform ation d e l’E tat libéral par le grand capitalism e et les systèm es insuffisants d e représentation; m anque général d’édu­ cation politique et en particulier d’une élite politique; in efficacité et usure d e la structure administrative d e b E tat; non reconnaissance d’un ordre juridique qui protège les droits inaliénables d e Vhomme; incapacité d e l’E tat libéral Æ affronter les crises cycliques et les problèm es du chô­ m age technologiqu e; m anque d e mesures juridiques précises capables d e protéger les droits m atériels et spirituels de la personne contre le pouvoir direct et indirect d e l’argent ».

La Communauté doit s’attaquer de front et presque simultanément à toutes ces contradictions. Née d’un besoin d’unité elle doit tout englober dans sa perspective. Ses diverses aspirations constituent une « bonne fo rm e», une « G e s ta lt» , dont les éléments doivent s’articuler harmo­ nieusement. D e cette vision d’unité découlent les nombreuses activités qui doivent s’épauler dans leur développement. Toutes tendent vers un seul but, celui de redonner une unité à la vie de l’homme, de recréer à l’échelle d’un territoire restreint la fraternité de l’ancienne commu­ nauté de village ou de quartier démantelée par l’industrialisation.

(12)

Enon-8 ALBERT M EISTER

cé ainsi, le but final apparaît bien utopique. M ise à part l’élévation du niveau de vie de la région qui doit sous-tendre tous les autres efforts, l’idéal lointain a pourtant des corollaires très pratiques: décentraliser l’administration étatique au niveau de la région et donner ainsi aux habitants la possibilité de participer plus directement à la répartition des sommes perçues à titre d’impôts et retournant à la collectivité, unir les petites communes et les amener à décider ensemble des travaux publics communs, décentraliser les grandes industries et ainsi réduire les temps de transports des hommes, confier le contrôle des moyens de production à l’ensemble des travailleurs ou des usagers dans des coopé­ ratives ou des usines communalisées ou territorialisées, apporter dans tous les villages les moyens modernes de distraction et de culture. L e premier front, où les obstacles étaient les moins difficiles à surmon­ ter, était celui des loisirs et de la culture populaire. Dès 1948-49 les premiers centres communautaires sont créés. Ils formeront les premiers noyaux de sympathisants et c’est en grande partie sous leur impulsion que le mouvement s’est orienté de plus en plus vers les problèmes éco­ nomiques.

Penseur politique, Olivetti s’était à l’origine davantage préoccupé de l’analyse des luttes de partis, des jeux de la vie parlementaire, des struc­ tures d’une nouvelle société débarrassée des unes et modifiant et harmo­ nisant les autres, que des activités économiques, de la répartition de la propriété foncière, de la coopération. Il y avait pourtant place dans son schéma pour la tradition coopérative que reprendraient les centres com­ munautaires et les premières années du Mouvement ont montré l’union entre les aspirations des paysans de cette région et celles, plus larges et à dominante surtout industrielle et politique, d’Olivetti. Interaction aussi, entre la volonté ouvrière surtout centrée sur une amélioration des niveaux de vie et celle de l’industriel désireux de partager son pouvoir, de le fonder sur une base plus juste, non exclusivement fiée à une personne.

Ces interactions, ces confrontations d’intérêts ont eu lieu dès le début; dès le moment où le patron a ouvert le dialogue avec ses ouvriers, dès le moment où le philosophe a passé de l’étude à la transformation du réel. Des enrichissements réciproques se sont produits : le programme de Comunità s’est doublé d’une multitude d’exigences immédiates (durée du travail, construction d’acqueducs pour les communes, etc); l’ancienne revendication coopérative a repris conscience de sa signification poli­ tique générale — qu’elle avait, dans cette zone, perdu sous le fascisme —• et la revendication syndicale a dépassé ses limites et posé le principe du contrôle ouvrier.

(13)

ADRIANO OLIVETTI

Certes l'effort communautaire ne porte pas sur une région sous-developpee au sens habituel du mot. Pourtant le Canavese, région d’environ 150.000 habitants au nord de Turin, accuse nettement quelques-uns des caractères typiques du déséquilibre industrie-agriculture. Sur le plan démographique le fait nest pas nouveau et l’exode rural commence déjà à la fin du siecle passe laissant plusieurs villages à moitié vides et une population dans son ensemble plus âgée que celle de l’Italie tout entière.

L agriculture, obéissant encore aux règles d’une économie villageoise et même familiale, n’a pas les moyens à elle seule de surmonter ses propres faiblesses et, d’une part, tombe désunie sous la coupe du commerce privé et, d autre part, dépend doublement de l’économie industrielle : en premier lieu par les revenus en espèces que procure le travail en fabrique et qui permettent les investis­ sements agricoles indispensables et, en second lieu, par l’insécurité des em­ plois industriels et la menace d’une crise toujours possible qui conservent à l’agriculture sa raison d’être.

Le sol est pauvre et les prix de revient des cultures trop élevés pour concur­ rencer celles des régions plus fertiles. En outre le développement de 1 elevage exigerait des investissements très importants que la majorité des paysans n ont pas le courage, ni souvent les moyens, de faire dans des petites propriétés dont neuf sur dix ont une superficie de moins de trois hectares. La moitié de la population active n’a cependant pas d’autre activité que l’agriculture et celle-ci ne constitue une économie d’appoint que pour les 15 à 20 % de la population occupés dans l’industrie.

Mais l’industrie n’a résolu qu’une partie du problème. Le chômage, par exemple, ne décroît guère par suite de l’afflux de familles entières provenant de régions plus défavorisées. Pourtant les usines Olivetti occupent environ 10.000 ouvriers et un nombre à peu près équivalent est employe dans les autres fabriques de la région.

Non seulement le chômage subsiste mais l’industrialisation amène d’autres problèmes: elle crée des centres de niveaux de vie relativement hauts autour de quelques petites villes alors que les villages plus éloignés ne participent pas, ou seulement très peu, à la distribution des revenus industriels. Le déséquilibre ville-campagne s’accroît donc au lieu de s’atténuer. En outre la ville concurrence victorieusement les artisanats et les petits commerces villa­ geois et les revenus gagnés en ville y sont dépensés directement. De sorte qu’à l’exception des villages voisins des centres urbains, les communes som­ brent peu à peu dans leur isolement et ne peuvent procéder aux investisse­ ments exigés par les nouveaux modes de vie: amenées d’eau, égouts, dispen­ saires sanitaires, etc. Le confort des maisons ne s’améliore pas et 1 habitat reste rudimentaire.

Accompagnant l’industrialisation, le développement des transports en commun et la généralisation du scooter et de la petite voiture suppriment ce qui subsiste de vie autonome dans les villages. Le premier coup de boutoir avait été donné par le fascisme qui détruisit presque complètement la riche tra­ dition des sociétés coopératives ouvrières et paysannes. Les groupes d’entr’aide coopérative entre paysans demeurent mais diminuent chaque année en nom­ bre et en vitalité. La base démographique que constitue la population pay­ sanne d’un village s’avère trop faible et les associations volontaires locales ne peuvent remplir leurs fonctions sociales: la mutuelle contre l’incendie n’a

(14)

10 ALBERT M EISTER

pu accumuler qu’un capital dérisoire et son existence est à la merci d’un seul gros^ incendie; la mutuelle du bétail est réduite au même sort; les autres sociétés locales (groupes d’utilisation en commun de machines agricoles, laiteries coopératives, sociétés d’achats) souffrent toutes d’un nombre insuffi­ sant de membres, etc.

Dans les groupes locaux de loisirs cette évolution est bien plus apparente encore. Les fanfares, les cercles ouvriers et paysans, les sociétés de théâtre vegetent et sombrent peu à peu dans l’indifférence. Les jeunes désertent ces sociétés et préfèrent occuper leurs loisirs par une randonnée en moto ou par une séance de cinéma en ville. La danse elle-même ne soulève plus grand enthousiasme et les films projetés par les paroisses, les quelques courses cyclistes par-ci par-là ne peuvent concurrencer l’attraction de la ville, de ses cinémas, de son stade de football. La télévision a certes apporté un peu de distraction dans les villages mais elle ne s’accompagne jamais de discussions des images projetées.

En outre les animateurs locaux sont rares. Le degré d’instruction de la popu­ lation est très faible et les employés et membres des professions libérales, qui disposeraient de plus de temps et de connaissances pour animer les groupes locaux, tendent de plus en plus à s’établir en ville.

Ces diverses conditions locales et régionales, économiques et culturelles, ont imposé certaines directions à l’action communautaire. En outre l’urgence a renforcé le caractère multi-fonctionnel du programme de développement et I apparente dispersion des interventions: centres communautaires dont on desire qu ils deviennent des foyers de la vie de loisirs et de culture des villages, entreprises économiques qui devraient décentraliser l’industrie et en répartir le revenu sur plusieurs petites communes, Ligue des communes qui voudrait en améliorer le fonctionnement et en accroître l’autonomie, etc.

Isolée, aucune de ces interventions ne soulèverait grand intérêt: la portée en serait très limitée et le fonctionnement banal. Or c’est justement leurs fins multiples, leur base volontaire et la perspective d’un socialisme com­ munautaire qui sont les aspects les plus intéressants et les plus valables de l’oeuvre d’Adriano Olivetti.

Mais alors que dans d’autres pays, les programmes de développement com­ munautaires jouissent de l’appui des gouvernements, ou en tirent même di­ rectement leur inspiration et leurs ressources, Comunità au contraire travaille en marge de toute aide de l’Etat. Son plan de développement est dès lors à réaliser entièrement sur une base volontaire et par la conviction plutôt que par la contrainte. C est dire qu’il lui manque des atouts essentiels pour la réalisation de son programme: à part ses possibilités beaucoup plus limitées de financement, la collaboration et 1 appui moral de l’Etat lui font parfois defaut et toute son action se déroule dans le cadre souvent rigide de lois inadaptées aux conditions de la région et à son développement prévisible. II lui faut, par exemple, aider l’administration communale d’un village de montagne a obtenir des crédits pour la construction d’une école en sachant pertinemment que sous l’effet de l’exode rural il n’y aura plus d’élèves dans une dizaine d années. . . Mais la loi prévoit des subventions et il faut les utiliser puisqu’on est incapable de faire davantage: par exemple, d’accentuer le mouvement de dépeuplement des petits villages et hameaux de montagne, de favoriser (par la création d’emplois, par la construction de logements, d’écoles

(15)

ADRIANO OLIVETTI

et d’installations de loisirs) la concentration de la population dans des centres ruraux plus importants, de remplacer par l’élevage des cultures soutenues artificiellement au niveau national grâce à une réglementation des prix et des tarifs douaniers protecteurs, de coordonner le développement économique de la région en implantant des petites industries là où l’agriculture trop peu rentable chasse les hommes vers la grande ville, etc. Toutes les actions entreprises dans ces directions par Comunità n’ont donc pas force obligatoire, doivent être entreprises par les intéressés eux-mêmes, convaincus et rendus conscients par les animateurs du Mouvement. Cette recherche d’une planifi­ cation dans la liberté, malgré sa lenteur, ses lacunes, son caractère incom­ plet, constitue un des autres aspects valables de l’expérience communautaire d’Olivetti.

A l’occasion du Congrès International du Travail Social à Tokyo en 1959, la Fédération Italienne du Travail Social avait demandé à Adriano Olivetti de rédiger la partie du rapport italien concernant le dévelop­ pement des collectivités. Dans cette contribution il définissait ainsi le projet de développement des collectivités :

a) un ensem ble d’interventions interdépendantes et contrôlées

b) s’exerçant dans une région bien déterm inée et pour un tem ps limité c) dans le but d e guider, d’harm oniser ou d e hâter son développem ent. A ce point la définition s’appliqu e à n’im porte quel program m e d e d év e­ loppem ent, m êm e à ceux entrepris par sim ple voie d’autorité. En d’autres term es cette définition ne présuppose pas certaines intentions, certaines valeurs qu e nous considérons com m e fondam entales. D’où nous com ­ plétons ainsi:

d) sim ultaném ent pour tous les aspects d e la vie d e ses habitants (éco­ nom ique, urbanistique, culturel) et pour leur bén éfice à tous et non en faveur d e petits groupes d e priviligiés

e) dans le respect d e leur liberté f) et avec leur participation active.

Quant à la méthodologie il distinguait quatre étapes: l’étude, la plani­ fication, l’intervention, le contrôle.

L ’étude doit porter sur le choix d e la région et analyser la situation actuelle et potentielle par des travaux historiques, des enquêtes, des relevés statistiques, etc. E n un mot, l’étu de doit servir à nous faire connaître la région;

la planification déterm ine les buts à atteindre, l’ordre d’urgence des interventions, les hom m es qui en devront être les responsables, les moyens

(16)

12 ALBERT M EISTER à disposition (budget), le deg ré d ’intervention (jusqu’à quel niveau faut-il aller), la durée. E galem ent elle envisage la coordination av ec les auto­ rités supérieures et les autres organism es d éjà actifs dans la région. En un m ot la planification a pour but d e prévoir les interventions; l’intervention pose surtout des problèm es d’effica cité en m êm e tem ps q u e d e respect d e la liberté d e ceux qu’on veut aider. C’est à c e niveau q u e se fait sentir la nécessité du travail d e groupe et d e l’étu de des cas individuels. C’est au cours d e l’intervention aussi que les obstacles humains ou structurels et les résistances devront être surmontés. Autres aspects essentiels: le développem en t harmonieux entre les secteurs d’in­ tervention (par exem ple entre l’action culturelle et la réform e agraire), la participation des intéressés et la conduite dém ocratique d e l’inter­ vention;

le contrôle doit répondre à ces questions: l’intervention a-t-elle réelle­ m ent bén éficié aux intéressés ou à un petit grcmp seulem ent? Y a-t-il vraiment eu un progrès pour les habitants et qu el progrès? L e contrôle signifie donc une m esure des progrès réalisés et une évaluation des résul­ tats obtenus.

Mais l’analyse du déroulement des opérations dans de nombreux projets de développement montre que l’ordre méthodologique (études, plani­ fication, intervention, contrôle) ne peut que rarement être observé et que très souvent l’urgence d’une action immédiate l’emporte sur des études approfondies. Il est d’ailleurs juste que cela soit ainsi, même s’il y a entorse à la méthode scientifique: les responsables peuvent’ils en effet renvoyer une action pratique immédiatement indispensable sous pré­ texte que des études doivent d’abord la légitimer? Il est souhaitable, et peut-être pas impossible, de concilier la nécessité d’une étude systé­ matique avec celle d’une intervention immédiate et ceci sans risque d’aller au devant d’une planification boiteuse. Des efforts de fixation d’objectifs à court terme et une information réciproque de tous les experts occupés au projet devraient aller dans cette direction d’une pla­ nification dynamique.

Les essais de planification communautaire doivent nécessairement harmo­ niser, appuyer et reprendre les initiatives des communes. D’où l’intérêt porté par Adriano Olivetti aux divers mouvements nationaux et européens visant le renforcement de l’autonomie des communes et la décentralisation des pouvoirs.

Les années du fascisme ont sinon développé ce qu’on se plaît parfois à nommer la « méfiance atavique » des paysans vis-à-vis de toute intervention extérieure, du moins, à cause de la centralisation du régime et de

(17)

l’affaiblis-ADRIANO OLIVETTI

sement de l’autonomie communale, encouragé le recours incessant aux pou­ voirs public. Plutôt que d’affronter leurs problèmes eux-mêmes à travers une association financée par eux, les habitants des villages preferent encore trop souvent attendre une subvention de l’Etat ou d’un autre organisme public. Comme celle-ci se fait attendre longtemps et est en général très faible, les villages n’améliorent pas leur situation.

Pour le maire ou le secrétaire communal leurs charges signifient avant tout connaître la multitude des dispositions légales souvent incompatibles, souvent contradictoires qui règlent la vie quotidienne du village: impôts, assistance, instruction et hygiène, travaux publics, etc. Les problèmes de ce genre qui se posent dans tous les villages ne sont pas faciles a résoudre, non seulement par suite de la pauvreté des communes, mais encore à cause des démarches sans fins auxquels ils donnent lieu.

Il faut en effet se rappeler que la législation italienne en la matière tire son inspiration de trois sources opposées : la tradition républicaine, démocratique d’avant 1922 mais dont les textes sont maintenant souvent dépassés, la ten­ dance centralisatrice à outrance du fascisme dont il reste de nombreux vestiges et, enfin, les essais encore timides et sans grand effet pratique des nouveaux parlements républicains en faveur d’une plus forte autonomie locale. La com­ binaison de ces trois courants de pensee conduit pratiquement au résultat que les communes voient leurs activités soumises a une sérié de contrôles a la suite desquels les délibérations de l’organisme local élu se confinent à des domaines sans signification quand ils ne deviennent pas tout simplement des opérations formelles d’approbation en sens unique des mesures prises à l’échelon supérieur. L’activité du maire tend alors a se réduire a une sérié de voyages à Turin ou à Rome. D ou trois grands problèmes affrontes par la Ligue des communes du Canavese : l’autonomie communale, la decentralisation administrative et, pour donner une signification a 1 autonomie, 1 indépendance financière.

Sur le plan économique, le projet communautaire de restitution, au b é­ néfice de la région, des profits industriels qui y sont réalisés peut aussi apparaître comme un but bien utopique. L a decentralisation industrielle qu’on a souvent tendance à croire suffisante apparaît pourtant comme un bien illusoire remède au déséquilibre industrie-agriculture dans la mesure où les profits ne sont pas utilisés au bénéfice de la région mais sont réinvestis ailleurs ou dirigés vers un siège central souvent très éloi­ gné. En outre la décentralisation ne résoud le déséquilibre que pour une minorité de paysans qui deviennent ouvriers. Pour tous les aunes il n y a rien de changé: les terres restent fractionnées, les rendements insuffi­ sants, les prix de vente dérisoires. Olivetti pensait justement quune des missions de l’industrie, partout où se posent ces problèmes serait d ali­ menter — avec l’aide des travailleurs au besoin — un fonds commun de redistribution dans la communauté en predominance agricole, des reve­ nus industriels plus élevés.

(18)

14 ALBERT M EISTER

programmes de développement des collectivités ou d’assistance techni­ que à l’échelle nationale ou à l’échelle internationale ne font qu’obéir à ce principe d’une redistribution plus égalitaire de la plus-value engen­ drée par le progrès technique?

L e plan de décentralisation des usines Olivetti et la création, par l’I-RU R, de petites industries dans les villages répondent à ces buts. Le nom I-R U R définit le programme de cet Istituto p er il Ricoordinam ento Ur-ban o e Rurale d e l Canavese. E n le créant et en le dotant de moyens d’ac­ tion autonomes, Olivetti voulait en faire le modèle des organismes éco­ nomiques de la future Communauté: redistribution intégrale des profits à la communauté; participation des forces syndicales, des hommes de culture et des communes au contrôle de sa gestion; intégration au niveau local des activités industriellles, éducatives et culturelles.

Dans chaque commune le centre communautaire est considéré comme la cellule de base du Mouvement. C’est là que les militants peuvent se rencontrer, préparer les actions sur le plan local.

Outre une préoccupation de diffusion de culture populaire et un souci d’apprendre aux gens à mieux employer leurs moments de loisir, le but final des centres communautaires est politique dans le sens large du mot. Par là il faut entendre que toute activité doit tendre à élargir l’horizon de l’individu dans un sens social, à l’intéresser à la gestion de son centre lui-même et de sa commune, à l’amener progressivement à s’intéresser à la vie politique sur le plan national, à lui faire prendre conscience de la puissance de l’union, de la coopération.

Il en est de même de l’éducation des adultes — qui ne constitue bien souvent qu’un ensemble de techniques destinées à « ajuster », à adapter l’homme à son entourage, à lui faire prendre conscience des divers rôles qu’il a à jouer et à les lui faire jouer sans heurter ses partenaires — le centre communautaire exerce son effort d’éducation sur la gestion des biens collectifs dans la commune et dans l’industrie ou les coopératives. Ces domaines sur lesquels porte l’éducation des adultes ont une signifi­ cation plus réelle et qui échappe très souvent à la sphère d’influence des centres sociaux ordinaires.

Quelles que soient les positions de celui qui observe le Mouvement, il est forcé de constater que les valeurs de Comunità unifient toutes ses activités. D e plus, sur le plan général, n’est-ce pas justement ce cadre de référence commun qui crée la cohésion d’un groupe? E t n’est-ce pas dans la mesure où il s’est perdu que les mouvements communautaires et coopératifs de divers pays se sont « acculturés » aux valeurs de la société ambiante et ont perdu leur propre dynamisme et leur propre pouvoir créateur? L ’absence d’idéal plus vaste que celui de la simple amélioration

(19)

ADRIANO OLIVETTI

des niveaux de vie n’est-elle pas aussi un des handicaps majeurs de tant de projets de développement des collectivités qui cherchent vainement à solliciter une participation active des intéressés?

L ’assistance sociale, activité majeure du centre social ordinaire, a ete peu développée dans les centres communautaires. Les problèmes ren­ contrés par Comunità se ramènent en définitive tous à celui du niveau de vie très bas par suite du chômage. E t, d’une façon générale, tous les problèmes d’assistance ne se ramènent-ils pas à celui d’un niveau de vie trop bas? L e fait que les centres sociaux se développent exclusivement en milieu populaire — les familles aisées n’ont pas besoin d une assistante sociale — n’en est-il pas la démonstration? Fort de cette constatation, Olivetti avait centré son effort sur la création d’occasions de travail dans ses propres usines et dans celles créées par le Mouvement.

C ’est dans cette perspective que dans le rapport, déjà cité, au Congrès International du Travail Social à Tokyo, Olivetti précisait le rôle du travail social: « L es seuls centres sociaux ou com munautaires n’apparais­ sent pas suffisants pour supporter le poids d u n projet d e développem en t et devraient plutôt être conçus com m e organes d e liaison, dans les petites com m unes ou les quartiers, entre les responsables d e la planification et les intéressés. C eci présuppose donc l’existence d’autres services et d’autres institutions. Nous pouvons énum érer ainsi les organism es né­ cessaires :

Organisme central de représentation Services techniques correspondants et de contrôle démocratique

Conseil général de la Communauté (comprenant des représentants des centres communautaires, des syndi­ cats, des communes, des coopératives)

Institut de développement industriel et agricole

Secrétariat central

Institut de planification urbanistique Organismes spécialisés de représenta­

tion démocratique

Ligue des communes (délégués des municipalités)

Ligue des centres communautaires (délégués des centres communautaires) Ligue des syndicats ouvriers (délé­ gués des organismes de représentation ouvrière)

Bureau d’ assistance technique aux communes

Service d’aide technique pour les loi­ sirs et la culture. Assistance sociale Bureau d’études et de coordination des revendications dans les usines

(20)

16 ALBERT M EISTER Dans ce schém a les services sociaux n’occupent pas une p lace prépon dé­ rante. Leur politique est déterm inée clans ses grandes lignes par le con­ seil général d e toute la région et précisée et contrôlée par la ligue des centres communautaires. L e centre com m unautaire local doit se faire le porte-parole d es besoins d e la com m une ou du quartier et faire inter­ venir dans ch aq u e cas précis les assistantes sociales spécialisées. L e tra­ vailleur social est donc en présen ce d e problèm es déterm inés et limités (ce qui n’em p êch e pas une polyvalence dans sa form ation) qu’il doit ré­ soudre avec la collaboration d autres techniciens eux-m êm es appelés pour d es interventions plus ou moins spécialisées.

C ette fonction non prépondérante des services sociaux ne signifie pas qu’ils soient relégués au secon d plan. Nous estimons seulem ent qu e des problèm es tout aussi importantssinon davantagecom m e, par exem ­ ple, la décentralisation d e l’industrie, la réform e agraire, le niveau d e vie d e la population ouvrière, l’urbanism e, ne peuvent être résolus par le sim­ p le travail social, mais qu e les services sociaux doivent contribuer à leur solution dans le cadre d’un dispositif d’en sem ble ».

L e plan de développement de Comunità et l’accueil fait par la popula­ tion ne pouvaient manquer de susciter des réactions des sections régio­ nales des partis politiques. A l’origine et durant plusieurs années, Comu­ nità se voulait un mouvement en dehors de tout apparentement ou lien politique, entendant seulement regrouper tous les hommes de bonne volonté quelles que soient leurs tendances politiques. C ette neutralité devait très tôt être mise en cause par les partis sur le plan de la vie quo­ tidienne locale beaucoup plus d’ailleurs que sur le plan doctrinal. En effet, fréquenter le centre communautaire du village et appuyer ses activités économiques c’était peu à peu prendre une position trop socia­ liste aux yeux des uns ou insuffisamment à gauche aux yeux des autres. Pris simultanément entre les feux de la droite et ceux de l’extrême gau­ che les membres des centres en viennent peu à peu à souhaiter une prise de position politique ouverte.

Tant par la critique des adversaires que par un souci de clarification de ses propres positions le Mouvement doit définir ses objectifs en termes politiques. Aussi les années 1954 à 1958 voient-elles non seulement s’in­ tensifier l’effort culturel et économique mais aussi celui de donner un contenu politique à ses activités. En 1958, Olivetti est élu à la Chambre des Députés. Mais, très vite, il réalise qu’il sera incapable d’obtenir une réforme institutionnelle donnant un cadre juridique à la Communauté. E n outre, la vie politique ne l’attirait pas et il n’avait considéré son

(21)

ADRIANO OLIVETTI

entrée sur la scène politique que comme un moyen supplémentaire de faire aboutir ses projets.

Malgré les institutions communautaires déjà en place et dont le fonction­ nement a été rodé depuis plusieurs années, malgré le grand nombre de personnes qui participent à leur direction et à leur contrôle, l’oeuvre d’Olivetti ne s’est pas détachée de son créateur. Elle est si intimement liée à sa personne que la responsabilité de ses continuateurs apparaît très lourde. Tous, nous souhaitons ardemment que les responsables ac­ tuels, élus par l’ensemble des membres du Mouvement, sachent main­ tenir unies les activités si diverses conçues par Olivetti.

Puissent-ils aussi conserver ce besoin de création et d’approfondissement qui a été jusqu’à maintenant la marque de Comunità et qui, outre un plan original de mise en valeur régionale, en a fait un des mouvements les plus vivants dans la vie politique et sociale de l’Italie de ces quinze dernières années. Ce qu’écrivait Adriano Olivetti en 1953 restera, je crois, toujours valable et peut inspirer notre recherche communautaire à tous : Hors d e ces deux sentim ents (chrétien et socialiste), qui dem eurent très vivants dans Vinconscient du peuple, il ri y a ni vie ni vitalité. Il est douloureux d e constater qu e les tentatives pour concilier ces deux idéologies n’ont encore jamais eu d e succès. Mais ïhistoire ri est pas finie. Parce q u e c e s t justement dans cette intégration q u o n doit trouver à la fois le secret d e l’avenir et la source créatrice d’une nouvelle et authentique société chrétienne. T el est le program m e du M ouvem ent Comunità.

Albert M eister

Ecole Pratique des Hautes Etudes (Vlèm e Section) - Paris

(22)
(23)

Ritengo molto appropriato che la Rural Sociological Society dedichi que­ sta assemblea generale all’argomento dello sviluppo delle comunità in quanto non c’è società di scienze sociali che abbia tanti suoi membri così interessati ai programmi di sviluppo comunitario sia all’interno che all’estero1. Come società noi non possiamo considerarci identificati con lo sviluppo comunitario, ma tale identificazione è valida per molti socio- ioghi rurali; ed è per questo che la nostra disciplina deve periodicamente esaminare quanto è stato fatto in nome dello sviluppo comunitario e chiedersi quali problemi critici si debbano porre.

Nondimeno all’inizio di tali esami noi siamo afflitti dalla confusione dei significati del concetto di sviluppo comunitario; e ci sembra opportuno contribuire ad un chiarimento con un breve esame delle sue origini. Bisogna quindi presupporre teoricamente che il termine sviluppo comu­ nitario corrisponda ad un’ampia serie di significati.

Origini dello sviluppo comunitario

Qualsiasi discussione sullo sviluppo comunitario non deve soltanto con­ siderarlo come risultato delle forze sociali contemporanee, ma anche prender conoscenza del suo lignaggio. Lo sviluppo comunitario nasce da forze affini da cui prende il nom e: dal lato paterno esso può esser riferito allo sviluppo econom ico da cui deriva il sostantivo, e dal lato materno deve esser fatto risalire alla organizzazione comunitaria da cui deriva l’aggettivazione. Lo sviluppo economico deriva a sua volta da una valorosa stirpe che comprende quegli antenati che erano prevalen­ temente interessati ad elevare il livello di vita attraverso un aumento della efficienza produttiva (come per esempio con Yagricultural exten­ sion), a diffondere le forme di organizzazione economica ritenute efficaci di moltiplicare e distribuire in modo più ampio le risorse materiali (pia­ nificazione economica), e a vivificare la vita rurale con diversi modi di trasfusioni economiche ritenute capaci di favorire i desiderati mutamenti sociali (ricostruzione rurale). Continuando nella metafora si può dire che dal lato paterne i parenti collaterali sono la pianificazione e l’urbanistica, il risanamento urbano e anche la collettivizzazione comunista dell’agri-1 II presente articolo è il testo di una prolusione presidenziale tenuta presso la Rural Sociological Society al College Park, Maryland.

(24)

20 IRW IN T. SANDERS

coltura, guardata quest ultima dagli altri parenti come la pecora nera della famiglia.

Anche dal lato materno lo sviluppo comunitario si presenta come un fiero rampollo e il suo immediato predecessore, l’organizzazione comunitaria, ha come ascendenti due che sono ben conosciuti col nome di assistenza sociale e educazione degli adulti. I l primo discende a sua volta dalle associazioni di carità (un tempo chiamate movimento per le casse comu­ nitarie e più recentem ente note come United Community Services), dalle attività di ricreazione pubblica, dalla pianificazione sociale e dalla le­ gislazione sociale. Il secondo contribuisce alla partecipazione di elementi non tecnici ai consigli di comunità e alle attività di educazione sanitaria e di sicurezza civica oltre che a svariate altre attività cui ha legittimo ma non esclusivo interesse. Da questo lato i parenti collaterali sono rap­ presentati dagli organismi più recenti quali quelli interessati all’educa­ zione di massa o all’educazione di base oppure ad attenuare le tensioni etniche.

Due im postazioni teoriche: gli em pirici e gli studiosi di scienze sociali Se questa è la composita origine dello sviluppo comunitario non c’è da meravigliarsi che sia difficoltoso stabilire qual’è la base teorica del com­ munity development. Soltanto quando si riconosca che ci sono due im­ postazioni teoriche si potrà fare una adeguata valutazione del complesso fenomeno che vien chiamato sviluppo comunitario. La prima imposta­ zione è quella propria degli em pirici2 e la seconda è quella di una disci­ plina specializzata tra le scienze sociali che si interessa, con un sia pur momentaneo distacco, appunto dello sviluppo comunitario.

Basta una rapida scorsa alla letteratura esistente per veder chiaramente quale sia la formulazione attiva di un assieme teorico a livello empirico 3. L a struttura teorica è rilevabile dai manuali di sviluppo comunitario, da studi sui trattam enti dei singoli casi, da relazioni su situazioni d’assieme e dal materiale di insegnamento. L a attenzione è accentrata su come « riuscire a svolgere il compito affidato » e su come si deve, o non si

2 II termine « empirico » viene usato qui senza alcuna intenzione o senso spregiativo, ma sta a indicare la persona che è responsabilmente impegnata alla attuazione di un program­ ma di sviluppo comunitario o a parte di esso. Chi lavora allo sviluppo comunitario esercita la sua professione allo stesso modo che può esercitarla un medico, ed è portato a consi­ derarsi un professionista. Molti empirici sono anche studiosi di scienze sociali altamente qualificati, ma allora essi trovano che è impossibile promuovere o dirigere un programma nell’atto stesso in cui lo si studia teoricamente.

3 Si potrebbe dir meglio « teoria deH’amministrazione », ma questo termine non fosse di solito usato con un significato ben più ristretto di quanto qui si voglia intendere.

(25)

deve, lavorare. La teoria propria deirempirico si presenta come un elen­ co di principi che spesso, dopo un rigoroso esame, risulta esser un assie­ me di tecnica amministrativa, di finalità e di procedimenti e di gene- realizzazioni empiricamente convalidate. Ma tale assieme si rivela utile per il compito di coloro che intendono creare o portar a termine un pro­ gramma di sviluppo comunitario. La teoria degli empirici è sovente una teoria generale, dato che è ampliamente applicabile, ma di raro giunge ad un pur minimo livello di astrazione.

Nella seconda impostazione teorica ci si incontra con teorie che sono tratte da diverse discipline sociali che hanno rapporto con importanti aspetti dello sviluppo comunitario. L ’economista, per esempio, è interes­ sato sul piano teorico alla formazione del capitale e ai suoi rapporti con il passaggio dalla vita di una comunità pre-industriale alla vita di una comunità industriale; lo studioso di politica porterà il suo contributo teorico su problemi di pubblica amministrazione o di controllo pubblico dei bilanci; e molti psicoioghi sociali hanno esperienza nel campo degli atteggiamenti e della struttura fondamentale della personalità, mentre l’antropologo potrà interessarsi ai mutamenti culturali. Più avanti esa­ minerò quale può esser il contributo del sociologo, ma innanzi tutto e fin d’ora si dovrà tener conto dell’opinione che in questa impostazione — che è propria allo studioso di scienze sociali — non si potrà mai realiz­ zare una perfetta integrazione tra le diverse teorie. E ciò per due ragioni. La prima perchè quelli che operano al livello di tale impostazione saran­ no interessati particolarmente ai problemi e non alla sistematica delle teorie sociali, poiché se molti sono gli elementi che possono fondersi sul piano astratto ben pochi sono quelli che si riescono a fondere assieme nel fervore della lotta, come si usa spesso chiamare il lavoro diuturno di molte iniziative di sviluppo comunitario. E la seconda perchè le teorie delle diverse scienze sociali entrando nel mare magnum dello sviluppo comunitario continueranno a riflettere la esistente situazione di mancato coordinamento tra le scienze sociali, anche se non c’è, invece, altro set­ tore ove, come in questo, sia auspicabile una maggior unità tra le di­ verse discipline.

Ed anche se qualche teoria delle scienze sociali aspira, sia pur inade­ guatamente, a tal fine, essa nondimeno vien applicata in modo molto minore di quanto non dovrebbe esserlo. L a colpa è sovente da imputare agli stessi studiosi che non hanno alcun desiderio di far qualcosa di più per indicare il modo di utilizzare le loro ricerche nell’ambito dello svi­ luppo comunitario; ma c’è colpa anche da parte degli empirici che non vogliono esser infastiditi da alcunché di astratto o di acutamente ana­ litico.

(26)

22 ERWIN T . SANDEBS

Se la mia diagnosi è esatta il compito che ci sta di fronte è quello di edu­ carci a una maggior interrelazione tra la teoria operativa degli empirici e quella degli studiosi di scienze sociali. E questo potrà attuarsi quando i primi accettino di curare una maggior profondità di ricerca, e quando gli studiosi, nell’atto in cui stabiliscono i loro schemi di ricerca, si dimo­ strino desiderosi di collaudare rigorosamente i principi operativi che risultano direttamente dalle esperienze empiriche. Vedremo più avanti come ciò potrebbe verificarsi. Per il resto mi interessa particolarmente giungere ad una chiarificazione del termine di sviluppo comunitario e di illustrare quali sono i principali contributi che la sociologia può fornire per chiarire qualsiasi definizione si voglia adottare tra quelle in uso.

Opinioni sul carattere d ello sviluppo comunitario

Non basta indicare quali siano le origini per precisare il carattere dello sviluppo comunitario, e dobbiamo vedere che cosa esso sia veramente. Trattandosi di una realtà ancora giovane non è facile trovarsi d’accordo quando si voglia decidere se esso sia di debole o forte struttura e di bre­ ve o lunga vita, ma ancor più difficile è accordarsi quando si debba decidere sulla sua intrinseca natura.

Attualmente quando si parla di sviluppo comunitario si usano almeno quattro diverse impostazioni. Queste quattro impostazioni sono qui di seguito riassuntivamente indicate:

1. Un processo. Lo sviluppo comunitario è un processo che porta da una situazione o condizione data ad una successiva. Esso comporta un continuarsi di mutamenti valutabili secondo un metro già stabilito, che deve aver un carattere neutrale e scientifico capace di consentire una valutazione abba­ stanza precisa sul tipo di rapporti sociali soggetti a mutamento, come quando si passa da una situazione dove una o due persone oppure una esigua élite decidono (con o senza la partecipazione della comunità locale) in merito a questioni che interessano gli altri, ad una situazione dove la gente riesce a prender da sola delle decisioni per tutto quanto la interessa. Praticamente si tratta di un passaggio da un minimo a un massimo di cooperazione; da una situazione di limitata partecipazione ad una di partecipazione estesa; da una situazione in cui sia i mezzi che gli specialisti provenivano da fuori ad una dove i membri della comunità interessata fanno il miglior uso di tutte le risorse di cui dispongono, ecc. L’interesse è rivolto a ciò che riguarda la popo­ lazione, sia sotto il punto di vista sociologico che psicologico. 2

2. Un metodo (Processo addizionato da un obbiettivo finale). In tal caso lo sviluppo comunitario si presenta come un mezzo per realizzare un fine; un modo di operare per raggiungere determinate mete. Altri metodi che realiz­ zano i mutamenti attraverso disposizioni legislative, o attraverso formule

(27)

ago-nistiche o sistemi educativi, possono accompagnarsi al metodo di sviluppo comunitario che tende a raggiungere i risultati di un processo continuo di miglioramento affidandosi alla volontà di coloro che ne traggono vantaggio, siano essi la popolazione di una piccola comunità o un organismo privato di assistenza o la pubblica amministrazione. Il processo viene così volto a parti­ colari risultati che possono dimostrarsi più o meno utili alla comunità locale, e che si riferiscono alle mete previste e ai criteri su cui si imposta la valuta­ zione. L’interesse è rivolto ad un qualche fine.

3. Un programma (Metodo addizionato a un contenuto). Il metodo viene inteso come un corpo di procedimenti e il contenuto come una serie di attività. Si presuppone che le attività si compiano attraverso lo sviluppo dei proce­ dimenti. Quando il programma è rigorosamente elaborato, come nel caso dei piani quinquennali, l’attenzione è rivolta prevalentemente al programma piut­ tosto che a quel che può accadere alla gente che vi è interessata. Quando si presenta come un programma lo sviluppo comunitario entra in rapporto di­ retto con argomenti specifici quali possono essere l’assistenza, la sanità pub­ blica, l’agricoltura, l’industria, le attività ricreative, ecc. L’interesse è rivolto in particolare alle attività.

4. Un movimento (Programma addizionato a una dinamica emotiva). Lo svi­ luppo comunitario si presenta come una crociata, come una causa cui impe­ gnare la gente; non si tratta più di una cosa neutra, come avviene quando lo sviluppo comunitario è inteso solo come un processo, ma implica una carica emotiva: si può essergli favorevoli o contrari. Esso si volge verso il progresso inteso come un concetto filosofico e non scientifico, in quanto il progresso vien posto in una prospettiva che lo riferisce a valori e a fini che variano secondo i diversi sistemi sociali o politici.

Lo sviluppo comunitario inteso come movimento tende a istituzionalizzarsi, creando una sua struttura organizzativa, approvando particolari procedimenti e accogliendo tecnici di professione. Esso si afferma come una idea che ha dei seguaci.

In quanto studiosi di scienze sociali noi siamo interessati ai fenomeni sociali, e ognuno dei sopracitati punti di vista in merito allo sviluppo comunitario ci m ette di fronte a problemi sociologicamente importanti. Quale teoria sociologica possiamo trarne? Determinato questo punto vediamo come occorra selezionare le teorie che maggiormente tengono conto della esistente varietà di definizioni dello sviluppo comunitario. Se lo si considera un processo, si deve puntare sulle teorie d ei mutamenti sociali e cercar di precisare attraverso quali stadi entità sociali come le comunità spinte da forze anonime quali l’aumento di estensione, la spe­ cializzazione, la eterogeneità, entrino in gioco. Per poter dare il mas­ simo di contributo a questa ricerca dobbiamo tentare di collegare in qualche modo l’indagine dell’ecologo, che parte dalla premessa che i valori sociali non sono necessari nello studio dei mutamenti di una

figura

Updating...

Riferimenti

Argomenti correlati :