Centro sociale A.04 n.15. Numero internazionale

234  Download (3)

Testo completo

(1)
(2)

Centro Sociale

inchieste sociali - servizio sociale di g ru p p o educazione degli adu lti - sv ilu p p o d e lla c om u n ità

a. IV - n. 15, 1957 - un numero con tav. alleg. L. 400 - abbonamento a 6 fascicoli e 6 tavole 70 X 100 allegate L. 2.200 - estero L. 4.000 abbonamento alle sole 6 tavole L. 900 - spedizione in abbonamento postale gruppo IV - c. c. postale n. 1/20100 - Direzione Redazione Amministrazione : piazza Cavalieri di Malta, 2 - Roma - telefono 593.455 Periodico bimestrale redatto a cura del Centro Educazione Professionale Assistenti Sociali sotto gli auspici dell’U N R R A CASAS Prima Giunta Comitato di direzione: Achille Ardigò, Vanna Casara, Giorgio Molino, Ludovico Quaroni, Giorgio Ceriani Sebregondi, Giovanni Spagnolli, Angela Zucconi • Direttore responsabile: Paolo Volponi - Redattore: Anna Maria Levi

E D IZ IO N E IN T E IIN A Z I O N A L E

esce due volte all’anno a cura di Albert Meister e sotto gli auspici della International Federation of Settlements and Neighbourhood Centres. A l­ l’estero la rivista è diffusa sotto il titolo di International Review of Com­ munity Development.

COMITATO D I D IREZION E DELL’EDIZION E INTERNAZIONALE Ch, G. R. E. R. H. J. M. 0. E. C. J. M. M. F. L. A. E. J. C. P. B. M. H. M. J. P. E. ,A . Alspach Balandier Bauer Clunies-Ross Clémens Desroche Dumazedier Kelber Krabbe Lopes Cardozo Louwerse McDowell Margot Noblemaire Meirelles S. Milligan Minicller Olivetti Pusie C. Ramebandani Pelizzi Rock Rodgers G. Ross Schelsky Smith Spencer Volponi de Vries Zucconi

United Nations Technical Assistance Board, Lahore Sorbonne, Ecole des Hautes Etudes, Paris Soeietà Umanitaria, Milano Community Development Clearing House, London University Institut de Sociologie, Université de Liège Sorbonne, Ecole des Hautes Etudes, Paris Centre National de la Recherche Scientifique, Paris Verband Deutscher Nachbarschaftsheime Dansk Settlement Samvirke, Copenhagen International Federation o f Settlements and Neighbourhood Centres, Rotterdam School o f Social W ork, Driebergen U. S. Federation o f Settlements, New York Fédération française des Centres Sociaux, Paris Serviço Social do Comercio, R io de Janeiro National Federation o f Community Associations, London International Cooperation Administration, Washington Movimento Comunità, Ivrea Université de Zagreb Development Commissioner, Delhi State Government Università di Firenze Ministère de l’Instruction publique, Bruxelles University o f Manchester University o f Toronto Universität Hamburg London Council o f Social Service University o f Bristol Rivista « Centro Sociale », Roma Institute o f Social Studies, The Hague CEPAS, Rom a Manoscritti, pubblicazioni per recensione, notizie, informazioni riguardanti l’edi­ zione intemazionale devono essere indirizzati al Direttore, piazza Cavalieri di Malta, 2 - Roma.

(3)

Presentazione... 127 Lilly M. P e c k ... 7 E. LOPES CARDOZO Recenti Sviluppi della Federazione Interna­

zionale dei Settlements e Centri di Vicinato 131 P. VOLPONI Esperienze di Centri Sociali in Italia . . . 137 P. KUENSTLER Centri Comunitari Urbani nei Paesi

Sotto-sviluppati ... 151 E. CLUNIES-ROSS Centri Rurali in Paesi Sottosviluppati . . . 157 A. MEISTER Principi di Lavoro dei Centri Sociali Francesi 39

J. McDOWELL Community Centres in an Industrialized

S o c ie t y ... 43

Traduction 169

B. LINDBLOM Swedish Settlements and the Youth Problems 53 I. BLAUERT e H. LOOS II Lavoro dei Centri Sociali in Germania . . 179 C. N. GRAAFF e C. LOUWERSE The Netherlands’ Association for Social and

Cultural W o rk ... 71 J, GRAHAM-HALL L’Associazione Britannica dei Settlements Re­

sidenziali ... 77

E. PUSIC The Emerging System of Neighborhood Centers

in Y u goslavia... 193

Traduction 81

E. ROSENFELD A Coordinating Center in M e x ic o ... 93

Traduction 205

An International Association of Community Development Consultants... 103

C LOUWERSE Selected Bibliography on Neighbourhood

(4)

m

»

r v iiio èóciiift* il ! gruppo

i

** sviluppo u€ut comunit'9

3 0

1 a

vii

V, v ... ... • • < .. . jio '/i .M yIIì ìI

/ Ì$J

- n m3ta{ ^ i q i s e w b s 'I jsIi-sJtx iq<prUv2 .i l t x m X OSOOHA3 e a a o a a

o te n b iV ib •hjjia.O a, a J n a m a te s e rai) -ilitio is ... B l «H fiiI « i iis rio8 rtirr >0 i-b ssn A riaq ag

IH O TJOY ,‘l

' l e /

’ ' - - - ■. • r )

H a r r e w a i i H s i

v e r . . . ' 'édq^hÌW sbfìòé i& iì'Ì i i f i Ì s i i j J Ì h irta O

g e o a - s a u n i A i a . a •/;. % ' iHOOiiij i d rlfiiooà n tn o D b b oio.v«J[ ib cqiarniìit J ia T8I3M .A

b o x H n n teijb n l a/; n i 83Tino 0 vJinurricnoÒ

C«U kutomW (T

4.

¿ in jk io t'! litu o Y a ill b u e iJ-aamalilaè! d aib aw8 M o j a a / j j . a

« f i . n itiB rm a d n i AmhoH nWiaO iob o t o v s .t il s o t u .h 3 x a a j A j a .1 om : Iciaog to'} nqiJi>iao*aA V iia s h a iita H a rfT s a a a w a i .3 » t i a a h o m 3

t i f i Z :

¿Jnam oliJog job s a k i n s t a S unoixeiaosgA ',!

' * • * ’ - ... - . iis ix n ó b b JJA H -M A H A H3 .1 , S i l i c i ■ W t -m a in a i) b o o th o d r , , ,<j ... «ivsfeognY ni Wj i’.ns'.V.lblnT 318 13 . a ■ . . . . o o tx o l/ ni loicroO 'gm tenihvooQ A ■ • ' _ ■' <*M KoVmtfe&tT ' t u a a w a e o a . a €0!

ftin iiritifio ') l o iiaiisiooaaA I s n o r t s i m t a l « A • ... ■ ■ • • ■ idnEifuBióO iMSiìfqoifovatr

¡'i)i -,b o o rfm o d d g b Y i • • aatJn sO .yjrm im nnoO b rts s-iw o H n o yriqB igoilcfia b o to o b g 1 a e a a w u r o j 3 Università di Fire

(5)

Nr. 1 WS»

CONTENTS SOMMAIRE INDICE

Présentation...

Translation 123 Traduzione 127

3

Lilly M. P e c k ... 7 E. LOPES CARDOZO Recent Developments o f the International Fe­

deration of Settlements and Neighbourhood C entres...

Traduzione 131

9

P. VOLPONI Expériences de centres sociaux en Italie . .

Testo italiano 137

15

P. KUENSTLER Urban Community Centre Work in Under­

developed C o u n trie s...

Traduzione 151

27

E. CLUNIES-ROSS Rural Centres in Underdeveloped Countries

Traduzione 157

33

A. MEISTER Principi di lavoro dei centri sociali francesi .

Texte français 163

39

j. McDo w e l l Community Centers in an Industrialized S o c ie ty ...

Traduction 169

43

B. IINDBLOM Swedish Settlements and the Youth Problems 53 I. BLAUERT und H. LOOS Die Arbeit der Nachbarschaftsheime in

Deutschland...

Traduzione 179

59

C. N. GRAAFF and C. LOUWERSE The Netherlands’ Association for Social and Cultural W o rk ... 71 J. GRAHAM-HALL L’associazione britannica dei Settlements

Resi-denziali...

English Text 189

77

E. PUSIC La naissance des centres de voisinage en

Yougoslavie...

English Text 193

81

E. ROSENFELD A Coordinating Center in M e x ic o ...

Traduction 205

93

An International Association of Community Development Consultants... 103

C. LOUWERSE Selected Bibliography on Neighbourhood

(6)

■ : . r í a / ■; : :..u v j £ ... ... - y ' ■, f ■ . . i ' ' V .

(7)

-Community Development et Centres de Voisinage

Si le « Com m unity D evelopm ent » a été défini com m e un processus visant à créer des conditions de progrès écon om iqu e et social pour l’ensemble d ’un territoire, d ’une com m unauté, et basé sur la participation active de ses habitants et le plus possible sur leurs initiatives, on immagine im m é­ diatement com bien les modes d ’actualisation seront variés, différents dans le temps et dans l ’espace, selon que le m ilieu est rural ou urbain, in du ­ striel ou agricole, développé ou sous-développé, selon que le programme de développem ent est pris en charge par le gouvernem ent ou des associa­ tions privées, par des centres sociaux ou des groupes coopératifs, en colla­ boration avec des techniciens ou sans aucun appui extérieur. L e poids de chacune de ces conditions (et d ’autres encore : climat, évolution histo­ rique, religion, situation politique, etc.) et leur com binaison les unes avec les autres, traceront des voies différentes au processus de développe­ ment.

C ’est ainsi que dans les pays sous-développés les programmes de déve­ loppem ent centrent surtout leur effort sur l ’aménagement économ ique du territoire, sur une m eilleure utilisation de ses forces productives, sur la création ou l’am élioration du réseau des écoles élémentaires, etc.... Dans nos pays occidentaux par contre, ces tâches sont ou bien déjà réali­ sées ou bien prises en charge par l ’Etat: l’éducation de base est générali­ sée, les forces productives de la nation sont utilisées et même sur-uti- lisées et, à part les zones sous-développées que chacun de ces états n ’a pas su intégrer dans son économ ie nationale, ce sont des problèm es différents qu i se posent.

Bien que l ’agglomération urbaine soit plutôt la caractéristique des pays industrialisés, les pays sous-développés, presque en totalité agricoles, ne la connaissent pas moins et, ici aussi, les problèm es seront différents. En m ilieu agricole les dominantes seront constituées par l’irrigation, la ré­

partition des terres, les transports, les petites industries rurales, l’éveil des petits villages aux activités modernes de loisir, la lutte contre l’exode rural..., etc. Le cadre de travail im posé par la grande ville est différent: antagonismes industriels et syndicaux, crise du logement, groupes spé­ ciaux (vieux, adolescents, etc), inégalités très fortes dans les niveaux de vie, agitation et troubles politiques, isolement des individus, etc.

Mais alors que les méthodes de travail diffèrent, les valeurs qu i sous- tendent cet effort semblent être les mêmes quel que soit le m ilieu dans lequel il est tenté: croyance dans les vertus du travail en com m un par

(8)

4 ALBERT M EISTER

opposition à l ’effort isolé, dans celles de l’aide m utuelle par opposition à la bienfaisance, dans celles de la démocratie et de l ’association v olon ­ taire par opposition à la contrainte. Bien que com patibles avec d ’autres, com m ent ces valeurs seront-elles accueillies et acceptées par ceux que les programmes de développem ent prétendent aider?

Les sociologues ont bien souvent décrit com m ent l’apport de nouvelles techniques chez les peuples de pays sous-développés dissolvait le système des valeurs qui correspondait à leurs anciens m odes de faire. Une n ou ­ velle répartition des terres, la construction d ’une école ou d ’une digue, le colloqu e avec tous les habitants, le ch oix de l’un d ’entre eux pour deve­ nir un responsable, etc, bouleversent un ensemble de croyances, d ’attitu­ des, d ’opinions traditionnelles. Dans quelle mesure le C om m unity Deve­ lopm ent peut-il rétablir un équilibre dans ce système? Quelles sont les nouvelles valeurs qu i viendront remplacer les anciennes? Les valeurs à la base du Com m unity Developm ent ont-elles un contenu suffisamment riche pour se substituer aux anciennes? Répondent-elles aux besoins objectifs de populations qu i n ’ont peut-être demandé aucune aide ou qui ont parfois des raisons plus que suffisantes de s’en méfier? Le Com m unity Development, en ouvrant des horizons nouveaux à des hommes habitant des territoires ou des villages jusque là entièrement coupés du reste du monde, ne risque-t-il pas seulement de créer une prise de conscience amère de conflits plus généraux, d ’antagonismes et de contradictions jusqu’alors insoupçonnés?

En m ilieu urbain fortem ent industrialisé le problèm e des valeurs se pose aussi, mais en des termes différents. Ici les besoins élémentaires des habitants sont satisfaits et, à part les cas particuliers de groupes spéciaux (minorités, chômeurs, etc) et de problèm es bien précis (logement, par exemple), il s’agit surtout de sortir les individus de leur isolement, de leur faire employer m ieux leur temps libre, de les m ieux form er profes- sionellement. De plus en plus ces efforts se centrent sur le quartier ou même le groupe d ’immeubles, les diverses organisations de développe­ ment se retrouvant parfois dans des conseils de coordination et de re­ présentation (com m unity councils). L ’agrandissement de la com m une urbaine ju squ ’à form er un petit état dans l’Etat, l’accélération du rythme de vie et la fatigue nerveuse q u ’elle entraîne, la tension du travail dans l’industrie, la longueur des temps de transports dans la ville ou de la ville à la banlieue, l ’am élioration des niveaux de vie et le confort accru du logem ent familial, la généralisation des moyens de transport et de loisir individuels et, en conséquence peut-être, la perte de l’intérêt pou r la chose publique devenue l’affaire de quelques spécialistes ou d ’un

town manager, etc. semblent être quelques-unes des raisons de la préfé­

rence donnée au travail de quartier, de voisinage. Elles peuvent aussi contribuer à expliquer le fam eux isolement de l’hom m e de la ville, sa

(9)

perte du sentiment d ’appartenance à d ’autres groupes que sa fam ille ou le cercle étroit de ses amis de travail, son m anque de solidarité pou r le voisin, pour le prochain.

Sur la base d ’une activité précise les innom brables associations volontaires veulent renforcer les liens des uns avec les autres et le centre social pré­ tend, dans le cadre plus étroit du voisinage, recréer une com m unauté qu i s’est perdue. Mais des activités de loisirs, des cours de form ation professionelle, des services d ’en traide ménagère ou autres, des activités culturelles sont-ils suffisants? En se plaçant sur une plate-forme de stricte neutralité politique, le Com m unity D evelopm ent ne néglige-t-il pas juste­ m ent un de ses objectifs, celui de développer la conscience civique, poli­ tique des individus? O u, au contraire, ne peut-on pas déjà s’estimer heu­ reux si l ’individu occupe intelligem m ent son temps libre? En outre, ainsi q u ’on le constate fréquem m ent, les responsabilités q u ’un individu est amené à prendre dans un groupe de loisirs ne feront-elles pas tache d ’huile et ne l ’amèneront-elles pas à en prendre dans d ’autres et par là m êm e à développer sa conscience civique? Les activités culturelles n abou­ tissent-elles pas en denière analyse à une plus grande conscience poli­ tique, religieuse, syndicale?

Ces problèm es d ’orientation du Com m unity Developm ent en m ilieu sous-développé, com m e ceux du Com m unity R e-developm ent — pourrait- on dire — en m ilieu urbain industrialisé méritent d ’être posés. Ils le méritent d ’autant plus que la technicité des responsables et des experts, leur lutte constante contre des obstacles de nature technique, leur font parfois ou blier les valeurs pou r lesquelles ils se battent.

T o u t ceci nous semble valable pou r l ’expérience des centres de voisinage et des centres sociaux. Si le prem ier num éro de cette revue s adresse plus particulièrement à eux, elle ne prétend pas les considérer com m e les uniques agents de progrès social ni ne veut faire preuve d exclusivisme et au contraire, tous les autres organismes, moyens, institutions de déve­ loppem ent, d ’aménagement régional, ne sauraient lui être étrangers;^ ceci d ’autant plus que les centres de voisinage se sont surtout développés en m ilieu urbain, que leurs structures actuelles ne sont pas définitives, q u ’ils doivent dans certains cas s’appuyer davantage sur l ’école ou la m unici­ palité, q u ’ils doivent accentuer leur activité tantôt dans une direction tantôt dans une autre.

Les réflexions et les discussions, les contacts personnels et les échanges de docum entation que cette publication entend provoquer devraient en dernière analyse conduire vers un seul et m êm e but, celui d ’une re­ cherche de nouvelles formes d ’expression dém ocratique et de nouvelles

(10)

6 ALBERT M EISTER

structures davantage à la dim ension de l’hom m e; des structures où des hommes d ’intérêts opposés ne se réconcilieraient pas forcément, mais qu i leur permettraient de m ieux en prendre conscience et surtout de les exprim er librement.

Gros programme pou r une revue bi-annuelle. N ous ne pourrons le rem­ plir q u ’avec l ’aide de ses lecteurs, par des correspondances, des contacts, des échanges de publications. D ’ores et déjà cependant, l’intérêt mani­ festé par les spécialistes et les responsables qui ont bien voulu accepter de faire partie de notre conseil de direction, et les suggestions et criti­ ques qu ils nous feront de ce «n u m é ro pilote », nous permettront peut- être à l ’avenir de réaliser plus com plètem ent les projets et les espoirs auxquels il est fait allusion dans ces quelques pages.

(11)

We knew she was living in the shadow of death. She also knew it herself. Yet she undertook the long journey to Berlin. Devoting her whole powerful per­ sonality to it she made her contribution to the success of the conference. In every part of the many-sided work of the conference she took a tender interest. But also to each of the many participants personally her loving sym­ pathy went out. It was she who found words of confort and encouragement for other people, who she knew were

She deceased in New York, february 21st 1957.

She was a woman who did not seek herself. Her whole being was serving. Service to the fellow-man, obedience to the commandment of Christian love of one’s neighbour.

Until her death she lived in Henry Street Settlement. Until her last hour she gave her energies to the development of the international settlement- work. On the same day a telegram informed me of her death, I received by post her last piece of work: critical notes on the draft-report of the congress which she had worked through on her sick-bed, with that accuracy and devotion she used to do everything with, the small and the big things. That the international contact was resumed after world war II and that the I.F.S.N.C. grew into a strong movement, it was her work. First as a president, after that as a vice-president and finally as a honorary president she stood in the breach for the interests of the I.F.S.N.C.. In the Economic and Social Committee of the United Nations she represented the I.F.S.N.C. for years on end. At the International Conference for Social W ork in Paris and Toronto she contrived to rouse interest for the neighbourhood centres as a facet of the social work of to-day, that is not to be neglected. By word of momh and by published printing she bore testimony of her faith in the possibilities of the neighbourhood centres to improve human relations in a society, dis­ located by industrial revolution.

She took a special interest in the development o f the neighbourhood centres in the war-wasted German and Italian towns. T h e realization o f a neighbour­ h ood centre in Bremen was due to her helpfulness and that o f her Unitarian supporters. Once that the building had risen, she worked in it for nearly two years as a leader o f the practical work, until the by her trained german co-workers could go on on their ow n strength. W ith profound satisfaction she would carry back her memory to this period o f fieldwork in after years. H ow she loved to tell about the groups o f children and grown-ups with whom she had worked and how grateful she was for the friendship she had exper­ ienced from their side.

The American Settlementwork has known great men and women. Jane Ad- dams, Mary McDowell, Robert Woods, Graham Taylor and many others. At a breath with these great predecessors we can henceforth mention Lilly Peck s

(12)

8 LILLY M . PECK

name. As a reaction upon her decease I received a letter from England. This letter ends in the following words:

« Miss Peck so greatly influenced such a number of people, in a way her death does not seem so important; for all the things she wanted to flourish, many people will try to help to do this. But many people will nevertheless be sad ».

These words I would like to make mine. Many people in a great number of countries have been inspired by her shining example. They will carry on the work.

(13)

and Neighbourhood Centres

T h is first issue of an international review w hich is going to deal with the theoretical background and the practical realizations in the field o f com m unity developm ent, com m unity organisation and social group-work should be considered a milestone in the history o f the International Fede­ ration of Settlements and N eigh bou rh ood Centres. A brief retrospective view on the 35 years span o f this history m ight interest the reader.

In July 1922 the first international conference o f settlement workers was held in L ondon. From the report published after this conference1 we learn that some 150 people from eleven countries participated, am ong w hom were 29 from U.S.A., 4 from Canada and 4 from Japan.

W elcom in g the delegates L ord M iln er said am ong other things: « Consi­

dering how young the m ovem ent is, it has shown extraordinary vitality and capacity fo r developm ent. A n d I ven tu re to think that the fu tu re has still m ore in store fo r us. W e all fe e l that the greatest problem s con fron t­ ing the advanced nations to-day are the social problem s, and I believe that in the solution of these problem s the settlem ent m ovem ent can exercise a very salutary influence. It is n ot only the benefit that a settlem ent affords to the im m ediate neighbourhood that is o f im portance, m ore im portant still is the fact that through the agency o f the settlem ents a large n u m ber o f men and w om en are qualifying themselves to exercise a good influence in those com plicated and bitter controversies and strug­ gles through which the nations are trying to achieve a better industrial and social system. T h ey are qualified, because they have been face to face with the facts, have lived amidst the conditions which they wish to alter, and have realised, at first hand, all the difficulties o f the process ».

Reading these lines after so many years we find that this is still true for the present situation o f mankind, and that the same m ight have been stated in these days.

In discussing the basic philosophy o f settlements the conference then felt rather embarassed because o f the divergent types o f w ork referred to by the delegates o f the different countries. T h o u g h all settlements (or what­ ever they m ight be called in the various languages and according to the

1 Settlements and their outlook, an account of the 1st international conference of settle­

(14)

10 E. LOPES CARDOZO

cultural pattern o f each country) traced their descent in com m on to Canon Barnett, the founder o f the first settlement,2 all agreed that the w orld had changed a great deal since his genius and com m on sense creat­ ed the idea and tried to work it out in the workaday practice o f his East-end parish.

Certain words recurred repeatedly as one speaker after another sought to define a philosophy o f settlements for that time : T h e group and citizen­ ship, democracy and com m unity, leadership and co-operation, personality and the family, the nation, or the com m onwealth o f people.

As a result o f a w hole day’s discussion the follow in g tentative form ulation o f the settlements aims and purposes was given3: «S ettlem en ts are to

create a new type o f com m unity life, com prehending all o f thought, experien ce and p ow er o f service that every n eighbour can bring, seeking the causes or prevailing social wrongs and maladjustments, thinking out the lines of a satisfactory solution, practising within the limits o f the local, self-governing group what it wants to see w orked out in the larger fields o f city, nation, or world, finding means of expression fo r all the love o f truth, beauty and goodness hidden in the lives o f ordinary men and w om en, and by the cultivation o f natural friendship am ong p eop le of all sorts, circumstances, and opinions, making possible the art o f ’’ living with folks” . Settlem ent work is a com m unity enterprise ». A t the end

o f the conference a Continuation Com m ittee was nom inated to make arrangements for another international meeting, which was convened in 1926 at the Cité Universitaire, Paris, under the presidency o f Miss Jane Addams, the distinguished founder o f the w orld famous H ull-H ouse settlement at Chicago.

Follow ed conferences in 1929 (Am ersfoort, Netherlands), in 1932 (Ul- m enhof, Germany), in 1936 (Elfinsward, Great Britain). T h e main themes o f the last conference before W orld-w ar II were: « Settlements

and mass suggestions » and « Relations betw een private organisations and P u blic A u th ority ». T h ou g h it was decided then to meet again in

Budapest in 1939, this had to be cancelled because o f the political situation. D uring an interval o f eight years international relations were suspended.

Activities were resumed in 1947 at the instigation o f the French Federa­

2 Toynbee Hall, 1884. Reference has to be made here to the books he wrote together with his w ife: Practicable socialism, essay on social reforms. L on don 1888; and Towards social reform. London, 1909. For biographical details o f the couple Samuel A. and Henrietta O. Barnett see the latter (p. 239-254); also to be fou n d in: Lorene M. Pa c e y. Readings in the D evelopm ent of Settlement W ork. New York, 1950 (p. 9-20).

(15)

tion and lead to the 6th international conference (Amsterdam, 1952).4 A t that m om ent some 600 agencies were affiliated to the international federation either directly o r indirectly by way o f their national associa­ tions.

T h o u g h this m ight seem an impressive num ber, we then knew or suspected that quite a lot o f similar or at least com parable enterprises had been undertaken, especially after the war, in many countries all over the world. T h e fundamental conception o f the settlement proves to be o f such a fertility that even under totally different circumstances it appears to provide people with a means to solve a great variety o f social and socio-econom ical problems. T h e notable fact o f the ever increasing field o f action covered by the international federation — which at the cou n cil M eeting of 1954 in Naples had to enlarge its name by adding « neigh bou rh ood centres » to the original « settlements » 5 — became quite manifest at the 7th conference (Berlin, 1956). Its m ain theme was « Progress in Com m unity D evelopm ent ».

T h e choice o f this theme made it clear to everyone that the federation had widened its scope. Its interest is n o longer focussed on western civiliz­ ation and urban districts, but is n ow extending to rural areas and to the new patterns o f life in countries o f a m ore recent development. W e have com e across the boundaries of the W estern w orld, the w orld o f high standards of living, o f full em ploym ent and w orking democracy. W e are confronted with m alnutrition, chronic unem ploym ent, illiteracy and superstitiousness. A n d we meet spirited men and w om en who have set out to fight these evils and who are struggling to find a solution for the m anifold problem s arising from the desperate situation o f their fellow- creatures. T h e y are utterly aware o f the uneffectiveness o f the old-fashion­ ed devices o f philanthropic charity. A n d they are perfectly conscious of the fact that these despairing crowds w ou ld be an easy prey to the allur­

4 Printed report « T he building of human relationships in our times » available at the secretariat o f I.F.S.N.C. Utrecht, Netherlands, 93, Mgr. v.d. Weteringstraat.

5 M oreover we had to recognize the fact that the w ord « settlement » in spite o f its long and venerable tradition in the Anglo-Saxon w orld is virtually untranslatable and is not easily understood by anyone w ho is devoid o f a sufficient knowledge o f the history o f the older British and American settlements. X want to underline Lorene M . Pacey’s words: « Alm ost from the beginning settlem ent p eop le have feared and fough t the danger of institutionalism. T hey have assisted in the founding o f many institutions, it is true, set up varied organizations, built buildings, w ritten by-laws, passed resolutions. I f one is to understand the historical function of the settlem ents, it is important to know why they have so fervently emphasized th e danger o f these things for themselves which they have prescribed for others. Settlements have tried to find, not to be, the solutions fo r needs. Settlement leaders have had a part in originating many services, withdrawing more or less readily from the field when another agency was created to fill the need or som e other organization was induced to accept new responsibilities *. (Readings in the D evelopm ent of Settlement W ork. New York, 1950, p. 3).

(16)

12 E. LOPES CARDOZO

ements o f fallacious political slogans hammered into their defenceless brains by the reckless methods o f industrialized propaganda.6

Reflecting on the proceedings o f the Berlin Conference I feel inclined to draw the attention to some noteworthy aspects foreboding an eventual evolution o f the Federation. Centres in Alexandra T ow nship, (South Africa), Djakarta (Indonesia), Beyrouth (Lebanon), H on olu lu (Hawaii), Algeria were represented. Observers from Bresil had not shrunk from making a long way about on their journey to the Conference o f Social W ork in M unich in order to be better inform ed about settlements and com m unity centres.

T h ey all reported on the significance o f the settlement approach for the raising o f the social and moral standards of the population living in isolated rural districts or in the outskirts o f big towns, often in a condition o f utter distress. A nd all o f them most vehemently stood in need o f technical advice, financial aid and above all signs o f encouragement. T h e y told us about similar undertakings both Statutory and Voluntary in the so-called underdeveloped countries o f the world. W e heard about a highly interesting Com m unity D evelopm ent Project in India and about an educational scheme for the backward population o f Pakistan. T hose in charge o f social welfare schemes and popular education projects often w orking under most depressing circumstances m ight benefit enormously by the stimulating effect o f international exchange o f experience. A n d we too might get a tremendous stimulus is rethinking ou r methods and techniques through the acquaintance with fresh experiments o f people not suffering from the burden o f too many traditions and consequently o f an unbiased outlook.

It is up to us to convince those w ho are responsible for technical assis­ tance schemes that social group work and com m unity organization are indispensible tools for them, if they wish to achieve their goals.

A nother issue which has been discussed in the workshop on « N eigh ­

bourhood Centre W ork in Small Villages and Rural Areas » was, whether

the situation in the countries o f western civilization and in those o f a

6 M ore and more the International Secretariat becomes besieged with requests for assistance and informative material, especially from those Asian, Eurasian and African countries which after their emancipation from colonialism or in view o f a prospective emancipation want to study pertinent methods o f com munity organization and community development in order to cope with the all but insuperable social and socio-econom ic problem s which have to be solved in their various countries. A nd increasingly United Nations Fellows from those countries and from the less developed countries in Europe and Latin America flock to the Secretariat and to the Presidential Office to discuss their problem s and eagerly asking for as much inform ation and printed material as we have at our disposal. Needless to say that we often feel quite at a loss both because we are defectively equiped and because we cannot possibly spare the time to pay adequate attention to their most justified demands.

(17)

different cultural pattern was not in many aspects comparable, at least in so far as were concerned rural districts o f an older econom ic and sociological structure. It goes w ithout saying that this is n ot true o f the highly industrialized farm ing districts in the N ew W o rld or, say, in the newly reclaim ed lands in the Zuiderzee-area o f the Netherlands. But in many parts o f Britain, France, Germany, Italy or Switzerland there are left a good deal o f problem areas w hich are as m uch in need o f a com pre­ hensive approach as those in the Indies o r Egypt or wherever else they may be found. A n d an exchange o f experience and scientific material between com m unity organizers at work here and there may be very useful and actually has proved to be profitable already.

T h e sociologists provide us with the bare facts and then withdraw behind their scientific curtain. Social therapy is not their business. Social action may be required. In Berlin Professor K önig has lectured on « Com m unity

Surveys as a Means o f D evelop in g Com m unity Participation ». His device

might be applicable in instances like these ones. After a period o f utter specialization science is by now showing a tendency to stress the im por­ tance o f teamwork tresspassing the boundaries o f the specialists. Social workers closely co-operating with sociologists and social psychologists and in this case certainly also economists m ight try to find a way out or perhaps some m inor expedients and they w ill have, no doubt, a better chance o f achieving something w orth while, if they succeed in involving the people themselves right from the beginning o f their interference.

Engineers and economists are still too often assuming a predom inant position in the preparing o f a master plan, w hile the social scientists aid is invoked when things turn ou t badly. In ou r big towns many new housing estates are designed and built by architects and contractors. Very seldom the com m unity organizer is adm itted in the initial stage o f the town-planning activity. A n d this means that the unavowed desires of the people w ho are b ou n d to live in the area are not elucidated and consequently are not taken into consideration. T o o much curative social work will have to be done afterwards and even this will prove inefficient ow ing to the com plete lack o f indispensable premises and other facilities. In his « Civilization on Trial » Professor T o y n b e e says: « If progress is

taken as being the social progress o f Leviathan and not the spiritual p ro­ gress o f individual souls, this would be conceivable only on the hypothesis that human souls existed fo r the sake of society, and not fo r their own sakes or fo r G od’s ». O f course we have to admit that society is by far too

com plicated in our days to get anything properly planned and executed w ithout a g o o d deal o f dirigism. But for that very reason however we always must be on the alert that the ordinary citizen — the ob ject of

(18)

14 E. LOPES CARDOZO

social planning — doesn’t get the feeling that he is n o m ore than a tiny wheel revolving smoothly as part o f an immense machinary which is operating faultlessly. ...but n ot for his sake nor for G o d ’s.

I cannot refrain from quoting an address given at the Amsterdam con ­ ference by an outstanding Am erican settlement w orker: « Against almost

unsuperable obstacles an idea in the mind o f Canon Barnett in London in the middle eighties brought into being a way o f life — a democratic philosophy of working with a com m unity to help that com m unity help itself — which took shape in the long service rendered through T o y n b ee Hall. That idea quickly spread to E urope and Am erica, and to Asia also. W e are here many years later dedicated to the ideal o f helping neigh­ bourhoods to help themselves, o f helping to create better human relations, through neighborliness, education, and recreation. “ T h ou shalt love thy neighbor as thyself.” This philosophy is centuries old, but its realization must be adjusted to these changing times, and it must perm eate eventually the social, religious and political forces o f the world if we are to continue to have a world in which we can live. T h ose o f us who have faith in the com m on man, who believe in democratic processes as a way o f life, who feel that that process must be im bedded in the life o f a neighborhood, have an obligation to demonstrate its effectiveness, and to keep the faith against all odds on this proving ground o f the social spirit » .7

May this review contribute in its modest way to this demonstration.

E. L opes Cardozo

International Federation o f Settlements and N eigh bou rh ood Centres

(19)

L e m ilieu et le centre social

Faire un tableau des centres sociaux italiens et examiner brièvement leur situation actuelle est une tâche difficile: leur m ouvem ent est jeune et ses buts parfois encore peu précisés.

O n doit se lim iter à examiner les principes de quelques expériences sur la base d ’une docum entation encore assez lim itée et d ’une connaissance personnelle. T outefois, avant d’aborder les expériences des centres or­ ganisés et institutionalisés de l’Etat ou d’autres organismes, examinons rapidement les tendances des m ilieu x ou ils naissent, les circonstances qu i président à leur développem ent ou, parfois, a leur creation spontanée. Ces faits peuvent nous faire com prendre les différences entre les régions et les situations sociales et nous suggérer des solutions nouvelles à qu el­ ques graves problèm es actuels; par exem ple ceux posés par la distribution de la population dans les zones rurales ou par la com position sociale des quartiers populaires (problèmes q u i sont souvent, m em e d une façon indirecte, le but de l ’action d’un centre social organisé).

A u delà de toute organisation ou programme, le « centre social » existe presque partout dans nos zones rurales; il existe dans la vie sociale du voisinage pou r la conservation du groupe social interesse et com m e expression d ’une unité de culture, c ’est-à-dire com m e possibilité d inter­ prétation com m une de la réalité. Ce « centre social » émerge des propos des femmes sur le seuil de la maison, des discussions des hommes au histrot, au cercle, sur la place. De toute façon il s agit de 1 activité sociale d ’un organisme individualisé et vital, historiquem ent constitué, et qu i m êm e au jou rd’hui a une fonction puisqu’il permet à des groupes et à des villages entiers de vivre, de conserver une culture com m une, de s’intéresser à des problèm es com m uns et de les discuter ensemble.

Les zones rurales qui ont encore un rythme économ ique suffisant, et donc une organisation sociale active, possèdent dans ce point de rencontre que nous pouvons appeler centre social — toute une série de possibilités d ’initiative et donc, en réalité, un m oteur de leur vie de relations. Les zones les plus déprimées, les plus désolées et isolées, les zones de misere permanente, ont sans doute une organisation sociale décadente, tenue ensemble grâce à un sens com m un d ’insécurité, à l ’indigence com m une, et donc à une nécessité de défense plutôt q u ’à une possibilité réelle d ’in i­ tiative. M êm e dans ce cas pourtant, il y a un terrain com m un, un centre social vivant, assurant la conservation des valeurs sociales traditionelles qui, même décadentes, sont la seule possibilité de vie pour ces populations devant des problèm es toujours nouveaux.

(20)

16 PAOLO VOLPONI

Le besoin d ’un centre social est ressenti aussi par les populations des n ou ­ velles villes et villages créés par des organismes publics, où m anque en­ core un système de relations pleinem ent développé et où à toute orienta­ tion nouvelle s’opposent le souvenir du passé, le choc de la transplanta­ tion, la nouvelle disposition des maisons et des routes.

Dans ces cas la découverte de l’autre, du voisin, ne peut se réaliser que sur la place publique ou dans d ’autres lieu x où l’on est forcé de se ren­ contrer.

En conclusion, partout où la structure sociale tient encore debou t il y a un centre social, c ’est-à-dire la recherche unitaire d ’une culture; en outre, le besoin de se rencontrer au delà des appartenances politiques et religieuses et en dehors du travail exige l ’existence d ’un centre social. Ceci semble évident (encore que souvent ou blié par les autorités centra­ les qu i implantent des centres sans connaître les problèm es de la zone et des habitants) et il faut en tenir com pte dans l’examen des problèmes posés par l’organisation de nouveaux quartiers ou autres complexes habités en ville ou à la campagne.

Il faut en tenir com pte également si, à partir du centre social, nous voulons améliorer la structure et le fonctionnem ent de la com m unauté entière.

Dans les villes et zones industrielles dont la population s’est m ultipliée en quelques années il est plus difficile de connaître les problèm es communs pouvant amener à une activité com m une et devant être la base du centre social; ceux-ci, en effet, ne coïncident aucunem ent avec les démarcations territoriales de caractère administratif. Dès lors, com m ent doit-on déter­ m iner la zone d ’influence du centre social?

A u lieu de confluer vers un centre, la vie sociale urbaine est fractionnée, dispersée sur les sociétés et les groupes de tout genre, sur les voyageurs de telle ligne de tramway, sur les ouvriers d ’une m êm e entreprise, sur les fidèles de telle paroisse, sur les sections locales des partis politiques. Ces groupes ne se réunissent jamais tous ensemble et ne com m uniquent souvent pas l’un avec l’autre, chacun d ’eux demeurant dans 1 isolement des intérêts particuliers qu i l ’ont créé.

En outre, même sur la base des relations q u ’on peut réussir à établir dans le centre social, il est très difficile de dém arquer la com m unauté ou la zone qui im pose des problèm es com m uns aux habitants et qui, par conséquent, leu r donne le m otif d ’une initiative com m une.

L e centre social fonctionne d ’abord com m e service, com m e lieu où 1 on peut satisfaire certaines curiosités, trouver le stimulant à certaines éva­ sions.

(21)

L e m ouvem ent des centres sociaux en Italie

Limitons-nous maintenant aux centres sociaux « institutionalisés » , c’est- à-dire aux centres déjà organisés, o ù il y a une école de démocratie, où le m ouvem ent et l ’éducation des adultes est consciem m ent développé avec le concours des groupes usagers du centre.

En Italie existe une Federazione Nazionale dei Centri Sociali, des organis­ mes publics qu i s’occupent des centres sociaux et des expériences déjà nombreuses et riches de contenu — dont la signification varie mais

n’enlève rien à leur validité.

Nous avons également quelques revues qui s intéressent particulière­ ment aux problèm es des centres sociaux. Il y a eu quelques enquêtes sur

le sujet et nous avons organisé des congrès et des groupes d ’études.

H istoriquem ent nous avons d’abord le travail exécuté p ou r le com pte du Conseil E conom ique et Social des Nations Unies par A ngela Zucconi. Ce travail devait clarifier la situation italienne en vue d’une publication de l’O N U . En décem bre 1952, la revue « Com unità » (N o. 16) publie un article de A . Zucconi, fondé sur ces recherches, et qu i a été le prem ier essai d ’une présentation théorique des centres sociaux, de leurs inten­ tions et des résultats obtenus.

Dans son article Z u ccon i accepte la définition du centre social offerte par les rédacteurs français du questionnaire de l ’O N U et, après avoir examiné la situation en Italie, elle con clu t:

« L ’animateur qui se présenterait au ’’voisinage” comme le musicien de

Hameln (et la tentation en est très forte) ne tarderait pas à s’apercevoir que le centre social devient fatalement un point d’attraction pour toutes sortes de dilettantes, de ratés, d’incompétents, etc. « Les autres » peuvent s’ intéresser à de telles initiatives seulement s’ils se rendent compte qu’un «monde meilleur» (quoique mal défini) ne peut être construit par des ratés. Un centre social ouvert seulement aux individus « dégonflés », un centre social d où seraient écartées de fortes personnalités, politiques ou religieuses, finirait simplement comme un institut de charité au lieu d’être un modeste essai de vraie démo­ cratie. Si l’ on perd de vue l’action sociale, si l’on abuse de ces techniques de travail de groupe (et l’Italie nous offre facilement des exemples d’ un tel abus), elles deviennent des artifices par lesquels on tente d’ imiter la vie spontanée (pensons aux comités civiques — comitati civici — , aux villages de l’enfant — villaggi del fanciullo — , etc.) et qu’on pense capables de pro­ duire à elles seules de meilleurs rapports sociaux; pis encore, si l’animateur n’est pas de bonne fo i : il emploiera ces techniques pour aider et conserver ce qu’ il y a de pire dans les hommes et dans la société; c’est le cas de presque tout ce qui passe pour être de l’éducation populaire, boitant avec les boiteux, se saoulant avec les buveurs, fermant un oeil avec les gens louches: s adaptant, comme on dit, « au besoins et aux goûts du peuple ».

(22)

18 PAOLO VOLPONI

Ces considérations non seulement nous évitent l’ illusion que le développe­ ment indéfini du service social et en particulier des centres sociaux (la con­ quête des villes et des campagnes maison par maison) pourrait suffire pour résoudre nos problèmes, mais elles nous forcent à souligner le caractère de bastion avancé du service social, sa fonction d’ observatoire social: parce que le centre présente en petit les problèmes et les solutions qui, ailleurs, se manifestent «plus grands que n ou s», ou en tout cas de manière à nous rebuter de faire un effort pour comprendre et participer ».

L ’article de A. Zucconi a eu pou r effet d ’animer les personnes étudiant le service social et les organismes publics s’occupant des centres sociaux; il se constitua un Com ité d ’initiative pou r la constitution d ’une Fédéra­ tion Italienne des Centres Sociaux dont un des buts a été de procéder à une enquête sur tous les centres sociaux et toutes les organisations inté­ ressées. Le but de l’enquête était de se faire une opin ion sur les initia­ tives prises dans la direction du centre social.

Les résultats furent publiés dans le prem ier num éro de la revue « Centro Sociale » (R om e, septembre 1954) en même temps q u ’un liminaire « Centri Sociali in Italia » extrait du rapport de Angela Zucconi à la réunion du Com ité Permanent de la Fédération Internationale des Cen­

tres Sociaux,, tenue du 1er au 4 ju in 1954 à Naples.

Dans ce même premier num éro, A ch ille A rd ig ô écrivait au sujet des organismes de réform e agraire et des centres sociaux: « Il faut dire tout

de suite que les centres sont des form es, poten tielles ou réelles, d’une vie associative de démocratie directe, et par conséquent liés à un grou pe ou à une com m unauté d’une dimension perm ettant des relations humaines directes entre tous les m em b res». Et, dans un article sur « L e centre social com m e é d ifice» L u dovico Q uaroni insistait: « T o u t cela, il me sem ble, devrait indiquer la place qu e le centre social doit occu per dans la cité m oderne; com m e il l’a d’ailleurs toujours occu pée sous le nom de agora, forum , place, ou shopping cen ter et dans la form e d’ un clocher ou d’une tour com m unale, d’un ciném a ou d’un magasin, d’ une biblio­ thèque, d’un parc ou d’un terrain de jeu . T o u t cela, dis-je, nous devrait indiquer le lieu où les individus et les groupes passent leur temps libre, où, par les contacts avec les autres, ils construisent leur vie individuelle».

A observer que A rdigô et Quaroni s’inspirent de A . Zucconi, développant le principe théorique de l’institution des centres sociaux.

Il est donc possible d ’observer avec précision et en référence à un prin­ cipe établi et unitaire, la form ation des centres, leur développem ent et les premiers résultats obtenus. Ces résultats ont permis l’identification

(23)

de nombreuses forces engagées dans ce champ d ’activité et l’identification de quelques problèm es rencontrés partout. C ’est pour leur discussion q u ’un congrès fut con voqu é à Palazzo Canavese, en ju in 1956.1

N om bre de questions et de faits intéressants furent mis en relief et on distinguait déjà les deux grandes lignes qu i caractérisent le m ouvem ent des centres sociaux en Italie. L ’une, qui fait du centre le prolongem ent d ’un organisme dont une des activités est l ’éducation des adultes, qui fait don c du centre une permanence technique et un service; l’autre qui donne au centre une signification plus vaste, celle d ’une « école de dé­ m ocra tie», d ’un lieu de rencontre et de discussion, qui fait du centre le m oteur de la vie sociale et politiq u e de la com m unauté. Cette distinction a plusieurs raisons, et elle est utile dans cette phase de transition, à la­ quelle elle est liée (il ne s’agit don c pas d ’une division inhérente au m ouvem ent com m e tel); une distinction née de l’expérience pratique plutôt que d ’une doctrine quelconque.

O n doit remarquer pourtant que par leur nature les organismes publics ont surtout en vue le caractère de service et tendent à ignorer le rôle politiqu e du centre en tant q u ’école de démocratie.

Retournant à ce que nous avons dit plus haut, cette distinction a été dictée aussi par les caractéristiques territoriales, à savoir que certains instituts publics ont institué des centres dans des zones rurales de petits villages, ou dans des quartiers nouveaux, ou dans des zones de « bon ifi­ cation » agricole et, par conséquent, ont trouvé tout de suite cette

pré-1 Liste des organisations représentées au congrès (par ordre alphabétique): Associazioni Cristiane Lavoratori Italiani (ACLI)

Centro Italiano Fem m inile (CIF)

Ente Gestione Servizio Sociale Case per Lavoratori Istituto Casa M ia de Naples

Istituto Italiano per i Centri Comunitari (IICC)

Unione Italiana per la Lotta contro l’Analfabetism o (UNLA) UN R R A CASAS

Young Men's Christian Association (YMCA) Furent également représentés:

Administrations communales Administrations provinciales

Centro Educazione Professionale Assistenti Sociali (CEPAS) Centro Relazioni Sociali Olivetti (CRS)

Centro di Sociologia della Cooperazione Istituti A utonom i Case Popolari (I.A.C.P.)

Istituto per il Rinnovam ento Urbano e R urale del Canavese (I-R U R ) M ovim ento di Collaborazione Civica (M.C.C.)

M ovim ento Comunità

Opera Nazionale Assistenza Religiosa e M orale agli Operai (O N A R M O ) Société Olivetti

Società Umanitaria Revue « Centro Sociale » Revue « Infanzia Anorm ale »

Revue « Scuola e Città » Revue « Urbanistica »

(24)

20 PAOLO VOLPONI

disposition favorable au développem ent m ulti-fonctionnel du centre dont nous avons parlé.

En revanche, d ’autres organismes travaillant dans des villes ou dans des zones industrielles ne pouvaient que créer des centres dispensateurs de services puisque le m ilieu n ’était pas réceptif pou r autre chose.

Organismes organisateurs de centres sociaux

Pour m ieux com prendre com m ent ces deux orientations sont apparues nous allons considérer l’activité de quelques organismes représentatifs, à savoir: U N R R A CASAS, IN A CASA, U N L A et IIC C . Naturellement, un recensement des centres sociaux ne pourrait pas laisser de côté les institutions des organismes de la R iform a Agraria, des A C L I, de l’Istituto A u ton om o Case Popolari (I.A.C.P.), de l ’E N A L , de la Y M C A et de bien d ’autres organismes.

U N R R A CASAS et IN A C ASA sont deux organismes de construction d ’habitations à bon marché qui parallèlement à leurs constructions ins­ tituèrent une oeuvre d ’assistance pou r leurs locataires. L ’U N R R A CASAS travaille surtout en m ilieu rural du centre et du m idi de l’Italie, P IN A CASA sur tout le territoire national mais surtout dans les grandes villes.

L ’U N L A , l’U nion nationale pour la lutte contre l ’analphabétisme com ­ mença après la guerre une oeuvre de diffusion de l’alphabet en adoptant la form ule du centre social pour résoudre les problèm es de l’éducation de base.

L ’IIC C , l’Institut italien des centres communautaires organise tous les centres communautaires du M ovim ento Com unità dans le Piém ont et dans d ’autres régions d ’Italie et veut être surtout un centre d ’études, de recherche et de consultation.

L'activité de quelques organismes

UNRRA CASAS

L ’U N R R A CASAS débute en 1947 une activité d’assistance sociale pour les familles qu’il devait loger, avec le but de résoudre les problèmes urgents qui se posaient à ces gens sortis de caves, de baraques ou réfugiés de guerre. Cette assistance se transforme peu à peu en quelque chose de mieux étudié, spécialement sur les points suivants: la famille dans le besoin; la famille et la maison; la famille et son état social et moral; les rapports entre enfants et parents; on s’intéresse aussi à quelques problèmes locaux concernant les be­ soins des groupes des locataires, notamment la garderie d’enfants, la colonie, l’école, etc... Peu à peu l’assistant social commence à comprendre les problèmes du groupe locataire dans son ensemble. Et peu à peu, puisqu’il s’agissait de petits villages, l’assistant se voyait dans la nécessité, tout le ’’pays” venant le

(25)

trouver, de s’occuper des relations et de la vie sociale de tout le monde. L ’assistant social avait arrangé un local pour le jeu des enfants et les cours culinaires mais dorénavant les initiatives des divers groupes commencèrent à se développer, soit parce que celles-ci correspondaient à quelque besoin spontané, soit parce que l’assistant social avait trouvé le temps de s’intéresser aux problèmes de l’éducation des adultes, peut-être à la suite des cours subventionnés par le Ministère de l’Instruction Publique.

Pressés peut-être par les usagers, les assistants sociaux et puis l’organisme comme tel comprirent la nécessité de développer leur action sur un plan communautaire, de faire front aux situations locales complexes et de donner libre cours à l’initiative des populations.

T out cela a conduit à l’institution de nombreux centres sociaux. Certains centres de l’U N R R A CASAS sont le point de rencontre de toutes les forces vives et d’esprit parfaitement démocratique du village ou du quartier; dans les Abruzzes (Orsogna, Pietransieri, Castel di Sangro, etc.), dans les Apennins de la Romagne, en Calabre (Scilla et Cutro) et en Sicile (Gela, Regalbuto, Butera).

L ’U N R R A CASAS est un organisme public c’est-à-dire que sa position publi­ que lui fait concevoir le centre surtout comme service et lieu pour l’éducation des adultes plutôt que comme moyen de diffusion libre d’idées.

Il nous semble pourtant que les groupes locaux aient dépassé les intentions de l’organisme et son interdiction, par exemple, de certains livres et journaux politiques dans les bibliothèques des centres, son refus de discussion politique dans le cadre du centre; même s’il ne s’agissait là que de considérations géné­ rales en dehors des interprétations particulières des partis. Les groupes sont ainsi retournés au principe foncièrement démocratique qui les a enfanté, c’est-à-dire que le problème démocratique de la recherche d’une culture avec l’apport de tous a remporté la victoire sur la fonction de service du centre, réussite due à l’entraînement à la discussion libre.

Peut-être qu’aujourd’hui le problème se pose à l’U N R R A CASAS de com­ prendre tout cela et de concéder à ses centres la liberté absolue de vivre leur vie jusqu’au bout, avec toutes ses conséquences. Puisque nous ne pensons pas que l’U N R R A CASAS puisse accepter un tel principe, nous estimons que ses centres pourront tout de même vivre s’ils réussissent à conquérir leur liberté en se procurant eux-mêmes les moyens et les services fournis jusqu’à présent par l’U N R R A CASAS. Il faut donc que les centres sachent vivre en dehors de la tutelle de l’organisation mère, en vertu de la force d’initiative des grou­ pes locaux, dont ils devraient devenir le patrimoine exclusif. Et celà nous paraît possible précisément en vertu du bon travail de cette organisation qui a posé les bases pour une autonomie complète des centres.

INA CASA

Bien que l’IN A CASA ait confié ses activités et la gestion de ses centres à un organisme de services sociaux créé en dehors de sa propre personnalité juridi­ que d’organisme public, elle n’a tout de même pas pu éviter les limitations que nous avons rencontrées dans l’action de l’U N R R A CASAS et que nous estimons être dues précisément à leur qualité d’organismes publics.

(26)

22 PAOLO VOLPONI

L ’INA, elle aussi, regarde ses centres comme des centres de service et comme des dispensaires de moyens techniques pour l’éducation des adultes et pour l’établissement de meilleures relations entre les habitants de nouveaux quar­ tiers; ceci est appuyé, par le fait que les centres de l’INA CASA se trouvent dans les grands quartiers urbains où il n’y a pas le climat favorable que nous avons pu observer dans le cas de l’U N R R A CASAS.

Nous ne pouvons citer le nombre des centres sociaux de l’INA CASA, mais nous pouvons dire qu’il y en a au moins dans presque tous les chefs-lieux des provinces et qu’ils sont nombreux aux alentours des grandes villes. L ’organi­ sme s’efforce d’améliorer ses services et de mieux former ses assistants sociaux et ses animateurs. Il est bien entendu que nous ne désirons nullement donner un jugement négatif ou ouvrir une polémique quand nous disons que ces organismes gouvernementaux envisagent le centre social surtout comme un dispensaire technique. Au contraire, nous estimons que de tels centres de services ont été et sont encore utiles. Nous estimons aussi que la possibilité de fréquenter un local chauffé et une bibliothèque et de prendre part à des divertissements variés conduit à la discussion et à l’enrichissement des rapports entre personnes et entre groupes.

Mais nous estimons aussi (c’est pour cela que nous nous sommes référé à A. Zucconi) que ce n’est pas assez que d’avoir uniquement un centre d’assistance et de services; qu’on doit considérer cela comme une phase initiale qui devrait pouvoir se développer suivant les tendances et les intentions des usagers. Autrement on ne pourra jamais affronter tous les problèmes suggérés, préci­ sément, par la définition des centres, à savoir: travailler pour la population d’une zone limitée; s’engager dans des activités multiples en fonction des intérêts et des compétences des usagers et avec leur participation; disposer d’une permanence ouverte sans distinction à tous les habitants de la zone; offrir à tous les individus et à tous les groupes la possibilité de contribuer à la formation d’une culture qui leur soit propre.

Autrement nous n’aurions même pas noté la difficulté pour les centres sociaux d’opérer dans les quartiers urbains (difficulté que tous ceux qui s’intéressent à ces problèmes ont bien connue). Nous n’aurions pas été frappé désagréable­ ment en voyant fonctionner des services plus ou moins activement mais sans cette action intégrante, exercée directement par les groupes, qui est le signe de la démocratie en acte et qui constitue en dernière analyse la caractéristi­ que essentielle du centre social.

Nous allons considérer maintenant les problèm es généraux et les acti­ vités de deux instituts non publics et qui ont été les premiers en Italie à s’intéresser au problèm e du centre social: l’U n ion Nationale pour la Lutte contre l ’Analphabétisme, et l’Institut Italien des Centres C om ­ munautaires.

U.N.L.A.

L ’UNLA a fondé ses centres surtout dans les zones les plus déprimées du midi italien; en Basilicate, en Calabre, en Sicile.

(27)

base volontaire et que la plupart des animateurs se recrutent parmi les insti­ tuteurs désireux d’agir en faveur de la population de leur propre village. Ce volontarisme a peut-être privé les centres de l’U NLA de l’équipement et des experts qu’on trouve dans ceux de l’U N R R A CASAS et de l’INA CASA. En revanche ils ont gagné en esprit d’initiative et dans leurs possibilités d’une interprétation plus fidèle des besoins des groupes. Ce travail a eu des résul­ tats importants à côté de la lutte contre l’analphabétisme surtout dans le domaine communautaire et en face de divers problèmes, d’ordre économique aussi.

Les centres de l’UNLA sont un exemple d’initiative venant de la base et confirmant ainsi l’idée du centre comme patrimoine exclusif des populations intéressées et comme expression libre de la communauté.

Un autre aspect intéressant des centres de l’UNLA est qu’ils ont dû vaincre toute une série de difficultés au sein même de la vie du pays puisque l’aide que l’organisation était à même de leur concéder a toujours été très réduite: difficulté de faire rencontrer des catégories fermées et repliées sur elles-mêmes depuis des siècles; difficulté de vaincre les soupçons éveillés par cette inter­ vention désintéressée, volontaire et non appuyée par les pouvoirs publics. T out cela a parfois causé quelques dommages, quelques luttes internes: les groupes ou les responsables, parfaitement libres, se sont parfois mis à lutter à l’intérieur du centre comme ils le faisaient précédemment à l’extérieur, dans le village.

Mais les centres ont survécu et surmonté ces difficultés: ils font ainsi preuve de leur utilité, de leur accord avec les thèmes démocratiques. Il est vrai que pour vaincre certaines méfiances et certaines luttes, les centres de l’UNLA ont dû limiter leur action: par exemple, à l’approche des élections politiques ou administratives — exactement deux mois avant, paraît-il — les centres ferment leurs portes. Mais cela peut être dû aussi au fait que les centres sont dirigés par des éléments locaux par ailleurs engagés dans la lutte politique locale; on comprend que les centres ne veulent pas y prendre part et devenir des lieux de rencontre politique plutôt que des centres de discussion plus sereine.

I.I.C.C.

L ’activité des centres communautaires peut être éclairée par ce passage des écrits d’Adriano Olivetti, le créateur du Movimento Comunità: «L a mesure

humaine d’ une communauté est définie par la possibilité limitée de contacts sociaux. Un organisme est harmonieux et efficient seulement quand les hom­ mes qui le dirigent peuvent remplir leur tâche par des contacts directs. Tous les problèmes dans une communauté restent dans des limites simples et aisément contrôlables : un champ expérimental de cultures, l’atelier autonome d’ une usine, la clinique pour enfants, un chantier de construction, l’oeuvre d’ un peintre ou d’un architecte; tout cela peut être réalisé par des moyens humains ou naturels ».

Le centre communautaire regroupe toutes les activités dont le but est l’orga­ nisation démocratique de la vie de la communauté. Il s’y ajoute un program­ me de récréation et de formation, la suppression de l’autoritarisme en faveur d’une égalité et d’une liberté que la société globale ne garantit pas.

figura

Updating...

Riferimenti

Argomenti correlati :